Une petite fille attaquée par une meute de chats à Belfort

Une petite fille attaquée par une meute de chats à Belfort
Une petite fille attaquée par une meute de chats à Belfort
Alors qu'elle se promenait en bordure de bois, à Belfort, avec son caniche et sa petite fille, une femme s'est fait attaquer par une meute de chats errants. Particulièrement violents, ils ont griffé et mordu la petite fille, réussissant même à percer une artère. Suite à l'attaque de la demi-douzaine de chats, la fillette a été conduite à l'hôpital et le chien chez le vétérinaire.
A lire aussi
La douleur des petites filles moins prise en compte que celle des garçons
News essentielles
La douleur des petites filles moins prise en compte que...


Un animal tendre et câlin, le chat ? Pas toujours. Ce dimanche 21 juillet, une femme de 31 ans s’est fait attaquer par une meute de chats errants, alors qu’elle se promenait à l’orée d’un bois aux Terrasses du Mont (Belfort). Alors accompagnée de sa fille et de son caniche nain, elle a croisé la route d’une demi-douzaine de chats, qui sont brusquement sortis des fourrés pour s’en prendre au trio.

Une attaque traumatisante

« Les chats l’ont griffé et mordu à plusieurs reprises et se sont acharnés sur [le caniche] », a indiqué la mère de famille, « ils s’en sont pris ensuite à ma fille qu’ils ont réussi à faire tomber ». Ils ont ensuite mordu la fillette au niveau des jambes et des bras, si violemment que les félins ont réussi à percer une artère. « Ma fille a cru vivre un véritable cauchemar », témoigne-t-elle, ajoutant que la victime est « aujourd’hui encore traumatisée, au bord de la dépression ». Elle a été conduite à l’hôpital, où elle a pu recevoir un traitement antirabique préventif.

Un « fléau » dangereux

Le caniche nain a lui été transporté aux urgences vétérinaires. « Le vétérinaire nous a dit, qu’en trente ans d’exercice, il n’avait jamais vu cela », explique la propriétaire de l’animal. Selon elle, le vétérinaire n’a pas d’explication « au comportement anormal de ces chats ». Elle a déclaré avoir prévenu la police et les gardes-nature : « Il faut que l’on nous débarrasse de ce fléau », les chats étant en « surpopulation ».

Victoria Houssay