Agression à Trappes : l'ado voilée qui avait porté plainte tente de se suicider

Agression à Trappes : l'ado voilée qui avait porté plainte tente de se suicider
Agression à Trappes : l'ado voilée qui avait porté plainte tente de se suicider
L'adolescente musulmane de 16 ans vivant à Trappes qui avait porté plainte en août dernier pour agression islamophobe a tenté de se suicider en se défenestrant. Son pronostic vital serait actuellement engagé.
A lire aussi
30% des jeunes homosexuels ont tenté de se suicider
jeunes
30% des jeunes homosexuels ont tenté de se suicider


La jeune fille musulmane vivant à Trappes qui avait porté plainte il y a deux semaines pour une agression islamophobe a tenté de se suicider en se défenestrant. Âgée de 16 ans, l’adolescente a été admise aux urgences de Percy, à Clamart, après s’être défenestrée lundi 26 août vers 19 heures du 4e étage de son immeuble, d’après une information de RTL. Selon Le Parisien, « les médecins urgentistes ont jugé que son pronostic vital était engagé », alors que la veille déjà, la jeune fille « avait fait une précédente tentative de suicide en absorbant des médicaments ».

Une agression islamophobe

Le 13 août dernier, la jeune lycéenne, qui se fait appeler Aissetou, avait rapporté avoir été victime d’une agression à caractère islamophobe alors qu’elle était voilée : selon une source policière, deux hommes l’auraient abordée, lui montrant un « objet tranchant ». « Deux individus sortis de la voiture sont arrivés et m'ont arraché mon voile par derrière en me disant : "sale pute avec ton voile !" », affirmait-elle dans un entretien au Huffington Post. Les hommes la malmènent, l’insultent, lui frappent l’épaule et lui « scarifient le visage » avant que l’intervention d’un passant ne les fasse fuir. Les agresseurs de « type européen », dont un avait le crâne rasé, seraient alors repartis à bord d'un véhicule. Les enquêteurs de la Sûreté départementale des Yvelines avaient établi après plusieurs jours d'enquête que la jeune fille avait bien été agressée, mais n’ont pu trouver aucun élément confirmant sa version des faits, faute de témoin visuel. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait « condamné avec sévérité cette nouvelle manifestation de haine et d'intolérance anti-musulmane qui porte atteinte aux valeurs de la République et au principe de liberté de conscience ».

VOIR AUSSI

Les agressions de femmes voilées se multiplient à Reims
Agressions de femmes voilées : le nouveau visage de l'islamophobie ?
Suède : les femmes se voilent en soutien à une jeune musulmane agressée
Trappes : des policiers dérapent sur un forum Facebook