Pour Najat Vallaud-Belkacem, l'égalité hommes-femmes, c'est pour 2025

Pour Najat Vallaud-Belkacem, l'égalité hommes-femmes, c'est pour 2025
Pour Najat Vallaud-Belkacem, l'égalité hommes-femmes, c'est pour 2025
Alors que le projet de loi pour l'égalité entre les hommes et les femmes est examiné depuis lundi au Sénat, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a fixé une « échéance transparente, ambitieuse mais réaliste » à la concrétisation de la loi : l'égalité des sexes, c'est, selon elle, pour 2025.
A lire aussi
Le plan de Najat Vallaud-Belkacem contre l'homophobie
mariage & pacs
Le plan de Najat Vallaud-Belkacem contre l'homophobie


Alors que les chercheurs américains avaient fixé la date effective de l’égalité professionnelle à 2085, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem a, elle, annoncé une date bien plus ambitieuse. Lors de la présentation du projet de loi visant à combattre les inégalités entre les sexes lundi au Sénat, la ministre a annoncé une échéance « transparente, ambitieuse mais réaliste » pour l’égalité hommes-femmes : 2025. C'est, selon Najat Vallaud-Belkacem, « ce moment où la génération des collégiens qui viennent de faire leur rentrée scolaire [...] entrera dans le monde du travail, fondera une famille et organisera sa vie d'adulte, en se répartissant les rôles entre femmes et hommes ». « C'est à cette génération de futurs citoyens que s'adresse ce texte ainsi que l'ensemble de l'action du gouvernement en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes », a-t-elle ensuite ajouté.

La réforme du congé parental, sujet central pour Najat Vallaud-Belkacem

Ainsi, le « texte cadre », examiné au Sénat depuis lundi, intègre selon la ministre « toutes les dimensions des droits des femmes » : « Nous affirmons, avec ce texte, que l'égalité est un tout, un ensemble cohérent de causes et de conséquences qui part de l'éducation et de la responsabilité parentale pour aller jusqu'aux violences, en passant par l'égalité professionnelle, et l'égale implication des femmes et des hommes dans la sphère domestique ». Et pour la ministre, un sujet est central pour obtenir l’égalité (d’ici 12 ans donc) dans toutes les sphères : la réforme du congé parental. C’est un « nœud où les inégalités se resserrent si durement qu'elles contraignent, pour toujours, la carrière des femmes », a-t-elle ainsi expliqué. Pour inciter davantage de pères à prendre ce congé (pris aujourd’hui à 97% par les mères), la réforme prévoit, pour un premier enfant, un congé de six mois auxquels viendront s’ajouter six mois supplémentaires si le second parent en bénéficie. À partir de deux enfants, le congé sera raccourci à deux ans et demi (au lieu de trois) sauf si le second parent en bénéficie.

VOIR AUSSI

Réforme du congé parental : pour des pères plus impliqués
Congé parental : la réforme de la discorde
Congé parental, télétravail... Ces pères qui réussissent à concilier vie pro et vie perso
Happy Men : l’égalité professionnelle passera par les hommes