Expulsion de Leonarda : indignation de la gauche et manifs lycéennes vues de Twitter

Expulsion de Leonarda : indignation de la gauche et manifs lycéennes vues de Twitter
Expulsion de Leonarda : indignation de la gauche et manifs lycéennes vues de Twitter
Depuis plusieurs jours, l'affaire Leonarda crée des dissensions au sein du Parti socialiste. Cette adolescente de 15 ans, scolarisée en troisième dans un collège du Doubs, a été reconduite à la frontière en début de mois, alors qu'elle participait à une sortie scolaire avec ses camarades. Des conditions d'expulsion qui ont déclenché une vive indignation au sein de la majorité tandis que, ce jeudi, des manifestations lycéennes réclamant le retour de la collégienne ont eu lieu dans plusieurs villes de France.
A lire aussi


Le 9 octobre dernier, Leonarda Dibrani, une adolescente de 15 ans originaire du Kosovo était expulsée du territoire français alors même qu’elle participait à une sortie scolaire. En classe de troisième au collège André Malraux de Pontarlier (Doubs), la collégienne vivait à Levier avec sa famille, qui faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire, après avoir été déboutée de ses demandes d'asile. Et c’est sous les yeux de ses camarades que la jeune fille a dû descendre du car dans lequel elle était installée pour être reconduite à la frontière. Les forces de l'ordre du Doubs s’étaient auparavant rendues au domicile de sa mère et de ses cinq frères et sœurs afin d’assurer leur retour au Kosovo, où leur père avait été renvoyé la veille. C’est alors qu’elles avaient constaté l’absence de Leonarda.

Le ministère de l’Intérieur s’explique, la Gauche s’indigne

Mardi, face au début de polémique concernant cette expulsion jugée tout à tour « inhumaine », « intolérable » ou « révoltante », Manuel Valls avait joué la transparence en en détaillant les conditions. « Un membre du comité de soutien de la famille a, en présence de la mère, appelé cette jeune fille sur son téléphone portable. Il a été convenu entre la famille, le représentant de son comité de soutien, l'enseignante en charge de la sortie scolaire et les forces de l'ordre de laisser la jeune fille sortir du bus afin de lui permettre de rejoindre sa famille dans le cadre de l'exécution de la mesure d'éloignement », a ainsi fait savoir le ministère de l’Intérieur dans un communiqué de presse. Des précisions qui n’ont pas suffi à faire taire les critiques au sein même de la majorité. Et comme souvent, c’est sur Twitter que les élus socialistes ont fait part de leur indignation. Ainsi, sur le site de microblogging, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone a appelé la Gauche à ne pas « transiger » avec ses valeurs, tandis que le porte-parole du PS, David Assouline jugeait « insupportable et inacceptable » le déroulement de cette expulsion. Quant au premier secrétaire du parti, Harlem Désir, il demandé que la collégienne « réintègre sa classe ».

Est-ce pour calmer les esprits ? Quoi qu’il en soit, Matignon n’a pas tardé à annoncer l’ouverture d’une enquête administrative, dont les résultats devraient être connus d’ici la fin de la semaine. « En fonction des résultats de cette enquête, je prendrai toutes les responsabilités qui s’imposeront. S’il y a eu faute, l’arrêté de reconduite à la frontière sera annulé », a ainsi assuré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, lors d’une séance de questions au gouvernement. Et d’ajouter : « Cette famille reviendra pour que sa situation soit réexaminée en fonction de notre droit, de nos pratiques et de nos valeurs. »

Leonarda veut « venir en France, recommencer les cours pour avoir un avenir »

Un possible retour qui ravirait la jeune Leonarda. Cette dernière a d'ailleurs décrit ce mercredi à plusieurs médias français, ses nouvelles conditions de vie. « Nous n’avons pas de maison ici, on ne connaît personne. On est comme les clochards. On a dormi sur un banc », a-t-elle expliqué à L’Est Républicain, insistant sur le fait qu’elle ne comprenait pas « la langue du Kosovo ». Au Parisien, elle a dit vouloir « avec sa famille, venir en France, recommencer les cours pour avoir un avenir ». Problème, les dernières informations concernant les démêlés de son père, Resat Dibrani, avec la justice pourraient ne pas jouer en faveur de sa famille. En effet, début 2013, l’homme de 47 ans était visé par une plainte pour violence sur ses enfants, déposée par son épouse. Et bien que cette dernière se soit finalement rétractée, une zone d’ombre plane sur la personnalité de cet individu. « On n'a jamais prétendu que monsieur Dibrani était un homme modèle et si les violences étaient avérées, il serait encore plus scandaleux de faire ce regroupement familial au Kosovo », a toutefois signalé à l’AFP Fabrice Riceputi, membre de Réseau éducation sans frontières (RESF), estimant que cette procédure « ne change en rien que l'expulsion d'enfants et de leurs parents est quelque chose d'injuste et d'inacceptable ».

Une injustice contre laquelle de nombreux lycéens ont manifesté aujourd’hui. À Paris et en province, ils étaient des milliers à s’être mobilisées pour réclamer le retour de Leonarda mais aussi de Khatchik Kachatryan, un élève du lycée parisien Camille-Jénatzy (XVIIIe), expulsé samedi dernier vers l'Arménie. Porte-parole de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl), Steven Nassiri a détaillé ses revendications au Nouvel Observateur : « Le mot d'ordre c'est de se mobiliser pour le retour des lycéens expulsés. C'est inadmissible que sous un gouvernement de gauche on doive montrer ses papiers pour entrer au lycée. Tout le monde a le droit à une éducation », a-t-il tranché. Des rassemblements similaires ont également eu lieu à Mende (Lozère) et Avignon (Provence-Alpes-Côtes d'Azur).

VOIR AUSSI

L'expulsion d’une mère de famille kazakhe en Italie crée une affaire d’État
Une Marocaine victime de violences conjugales en voie d'expulsion
Immigration : Le rapport 2011 d'Amnesty International charge la France

Dans l'actu