Manifeste pour la prostitution : Frédéric Beigbeder est un "salaud" et l'assume

Manifeste pour la prostitution : Frédéric Beigbeder est un "salaud" et l'assume
Manifeste pour la prostitution : Frédéric Beigbeder est un "salaud" et l'assume
Dans cette photo : Frédéric Beigbeder
Frédéric Beigbeder revient dans Le Monde et Le Point sur la polémique provoquée par le « Manifeste des 343 salauds », qui a tant agité le landerneau médiatique. L’auteur de la pétition tente de se justifier et explique son engagement contre la loi sur la prostitution qui s’apprête à être discutée à l’Assemblée.
A lire aussi
Manifestation contre la taxe tampon : j'y étais et... ça a saigné
News essentielles
Manifestation contre la taxe tampon : j'y étais et... ça...


Dès l’annonce de sa parution, le 29 octobre, le « Manifeste des 343 salauds » publié dans le magazine Causeur a suscité un tollé. A l’origine du scandale, la double référence au manifeste des « 343 salopes » publié en 1971 pour le droit à l’avortement et au slogan antiraciste « Touche pas à mon pote ». « Les 343 salopes réclamaient en leur temps de pouvoir disposer librement de leur corps. Les 343 salauds réclament le droit de disposer du corps des autres. Je crois que cela n'appelle aucun autre commentaire », a taclé Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes. Un site créé la semaine dernière appelait même à répondre au « 343 salauds », rebaptisés les « 343 connards ».

Des personnes « en situation de détresse et d'isolement »

Désigné comme l’initiateur de la pétition, l’auteur de 99 francs s’explique dans une tribune publiée sur le site du Monde et également dans une interview accordée à l'hebdomadaire Le Point. Contrairement à Nicolas Bedos, qui s’était rétracté au lendemain de la publication du texte, Frédéric Beigbeder assume le Manifeste. Et l’écrivain de fustiger le projet de pénalisation du client. « Proposer une loi pour pénaliser les clients des prostituées revient à dénoncer des personnes qui se trouvent, qu'on le veuille ou non, en situation de détresse et d'isolement. Ce dont on ne parle jamais dans ce non-débat, c'est de la misère sexuelle », écrit-il.

Interdire « le foie gras, le fromage non pasteurisé et les films porno »

« J'envie les étudiants de Mai 68, pour qui "il était interdit d'interdire" ; maintenant qu'ils sont au pouvoir, les anciens soixante-huitards proclament plutôt qu'’il est urgent de ne plus rien permettre », poursuit Frédéric Beigbeder. Non sans humour, il propose une liste d’activités à interdire, comme la boxe, le rugby, le beurre, le foie gras, les films porno, la corrida, le fromage non pasteurisé, l'amour sans capote, le bronzage sans crème solaire ou le Coca-Cola.

La pénalisation du client bientôt en examen à l'Assemblée

La proposition de loi qui entend pénaliser les clients de la prostitution sera examinée à l'Assemblée Nationale les 27 et 29 novembre. Le texte prévoit une amende de 1 500 euros, pour le client, doublée en cas de récidive.

VOIR AUSSI

Causette : son dossier sur la prostitution fait polémique sur Twitter
Prostitution : faut-il pénaliser le client ?
Abolition de la prostitution : une vidéo crée le malaise
Femen : une nouvelle campagne choc contre la prostitution