" Y’a pas bon Taubira " : Une élue UMP en cours d’exclusion après un pastiche raciste

" Y’a pas bon Taubira " : Une élue UMP en cours d’exclusion après un pastiche raciste
" Y’a pas bon Taubira " : Une élue UMP en cours d’exclusion après un pastiche raciste
« Y’a pas bon Taubira ». L’élue UMP de Seine-et-Marne Claudine Declerck, pourrait être prochainement être exclue de son parti. Elle avait posté vendredi 15 novembre sur son profil Facebook une nouvelle caricature raciste de la ministre de la Justice, n’hésitant pas à la représenter dans un pastiche d’une affiche de chocolat en poudre « Banania ».
A lire aussi

« Pour moi, c'était pas raciste, j'ai des amis noirs, jaunes », s'est justifiée bon an mal an Claudine Declerck, 67 ans, à l’AFP. Et d’évoquer une « maladresse », expliquant avoir « trouvé cela humoristique ». La conseillère municipale affirme par ailleurs ignorer que son profil était public… Son détournement n’en a pas moins été épinglé par le Parti Socialiste et le président de l’UMP Jean-François Copé.

Le PS et l’UMP condamnent

Le « post » se trouvait sur le compte Facebook de Claudine Declerck depuis septembre, avant qu’il ne soit repéré par Amandine Janiaud-Vergnaud, l’assistante parlementaire du député PS Olivier Faure. Elle a dénoncé dans la journée de vendredi ce nouveau montage des plus douteux sur son blog. Et de relever d’autres textes appelant à restaurer la peine de mort, ou encore des messages hostiles aux roms. Entre-temps Claudine Declerck a fermé son compte Facebook… mais les captures d’écran des messages postés par l’élue sur son « wall », ont pu être relayés sur internet.

Capture d'écran du photomontage raciste posté sur le compte de Claudine Declerck

Credit: a-jv.fr

Dans un communiqué, le mouvement MJS, rattaché au PS, condamne des «propos racistes» à l’encontre de la ministre, par une «élue de la République». Premier à réagir à droite, Christian Jacob, président du groupe UMP à l’assemblée, en a appelé à une procédure d’exclusion. Vendredi soir, Jean-François Copé a lui aussi condamné les agissement de l’élue, et a confirmé qu’une procédure d’exclusion était bien en cours.

Les dérapages racistes à l’encontre de la garde des Sceaux se multiplient, si bien que l’ensemble de la classe politique, particulièrement à droite et à l’extrême droite, se trouve forcée de réagir. En septembre, des dérapages similaires avaient débouché sur l’éviction d’un candidat FN pour les municipales de 2014.

VOIR AUSSI

>> Akhenaton : "La France est un pays institutionnellement raciste" - vidéo

>> Une de "Minute" sur Taubira : Ayrault saisit le procureur de la République, l'hebdo assume

>> Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action