L’IVG va bientôt devenir un droit et son entrave un délit

L’IVG va bientôt devenir un droit et son entrave un délit
L’IVG va bientôt devenir un droit et son entrave un délit
Dans cette photo : François Hollande
Les parlementaires examineront lundi 19 janvier un amendement socialiste à la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), faisant officiellement de l’avortement un droit à part entière. La mesure, des plus symboliques, s’inscrit dans le cadre du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Un délit « d’entrave à l’IVG » pourrait par ailleurs être créé.
A lire aussi
Délais, coût et méthodes : infos et droits concernant l'IVG
Mag
Délais, coût et méthodes : infos et droits concernant...

En France, cela faisait 39 ans que la loi sur l’IVG n’avait pas été modifiée. Les députés plancheront lundi sur le remplacement d’une disposition méconnue de la loi, selon laquelle seule « la situation de détresse » justifie un tel recours. L’article sera remplacé par un autre énoncé: « La femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse ». Cela devrait permettre aux femmes enceintes de pouvoir demander l’avortement à leur médecin, sans avoir à se justifier, consacrant ainsi l’IVG comme un droit inaliénable. Un délit « d’entrave à l’IVG », pour les médecins récalcitrants, devrait par ailleurs être créé.

>> Lire aussi: 27 pays européens, 27 lois sur l'avortement <<

Vers une fronde, en France contre l'IVG ?

Ce renforcement de la loi sur l’IVG, prévu dans le cadre d'un projet de loi en faveur de l'égalité hommes-femmes, prend les mesures ultra-conservatrices votées en Espagne à contrepied. Outre-Pyrénées, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a effet fait voter une loi limitant strictement le recours à l’avortement. La mesure, décrite par la presse comme une opération séduction en direction de l’électorat catholique du pays, continue de susciter l’indignation, jusque dans les rangs de l’électorat visé.

Ce dimanche, le collectif « La Marche pour la vie » appelait à manifester à Paris à la veille du débat parlementaire. Le collectif, qui a reçu le soutient du Pape, demande une loi restreignant l'avortement, et peste contre l'approche du président François Hollande sur la question de la fin de vie.