"Jour de Colère" : les pires slogans entendus lors de la manifestation

"Jour de Colère" : les pires slogans entendus lors de la manifestation
"Jour de Colère" : les pires slogans entendus lors de la manifestation
Dans cette photo : François Hollande
Entre 17 000 (selon la police) et 160 000 (selon les organisateurs) personnes du rassemblement hétéroclite "Jour de colère" étaient réunies, dimanche 26 janvier à Paris, pour réclamer la démission du président de la République, François Hollande « au nom de son impopularité et de son incapacité à gouverner ». Slogans racistes ou antisémites et saluts nazis ont notamment ponctué le défilé qui s'est achevé dans la violence. Bilan 250 personnes interpellées et 19 policiers blessés.
A lire aussi


« La France aux Français, bleu, blanc, rouge », « CRS, milice des juifs », tels ont été les slogans criés par une partie de la foule progressiste réunie, dimanche à Paris, à l'occasion de Jour de colère. Militants anti-mariage gay, intégristes catholiques, bonnets rouges, familles ou encore soutiens à l'humoriste Dieudonné, étaient de sortie pour réclamer le départ du président de la République François Hollande.


"Quenelles" et saluts nazis

« Quenelles », saluts nazis et autres injures antisémites ont été lancés par certains manifestants. L'Union des étudiants juifs de France (UEJF), a condamné dans un communiqué « des slogans antisémites et les saluts nazis éffectués », comme en atteste ce cliché posté sur Twitter, par le journaliste Valentin Chatelier. « Ce jour de colère s'est transformé en jour de haine », a déclaré Sacha Reingewirtz, président de l'UEJF.

Imagerie du IIIe Reich toujours avec ces affiches nauséabondes comparant François Hollande à Adolf Hitler, accompagnées du slogan « National socialiste, le changement c'est maintenant ».

Antisémitisme et europhobies donc comme le révèle cette pancarte europhobe, fièrement portée par certains membre du cortège et sur lesquelles on pouvait lire « Europe pédo criminelle sioniste satanique », tout un programme.

Hormis ces envolées lyriques, des violences ont émaillé le défilé, en fin de cortège aux Invalides. Des centaines de personnes, cagoulées et portant des masques de ski pour certaines, ont lancé des projectiles, bouteilles, pétards, barres de fer, poubelles et fumigènes contre les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes. Ces heurts ont fait 19 blessés chez les forces de l'ordre. 250 personnes ont été interpellées, dont cinq pour « port d'armes prohibées ». Des incidents imputés à « l'extrême et l'ultra droite »  par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.


La porte-parole du collectif anti-mariage gay Le Printemps Français, Béatrice Bourges, a profité de l'occasion pour annoncer le début d'une grève de la faim qu'elle compte mener tant que le Parlement « n'aurait pas entamé une procédure de destitution de François Hollande ».