Primaires au PS : Guy Delcourt dénonce une organisation contestable

Primaires au PS : Guy Delcourt dénonce une organisation contestable
Primaires au PS : Guy Delcourt dénonce une organisation contestable
Dans cette photo : Nicolas Sarkozy
Bonne ou mauvaise pub ? Le débat ne faiblit pas autour de l’organisation des primaires socialistes. Ouverte pour la première fois à l’ensemble des électeurs, l’élection du candidat socialiste à la présidentielle pose la question du secret du vote et de la mobilisation des municipalités non socialistes. Guy Delcourt, député-maire PS de Lens, a milité contre ce système et défend la priorité du vote aux militants. Interview.
A lire aussi

Terrafemina : En mars dernier, vous avez créé le site « Non aux primaires », beaucoup de voix politiques de tous bords s’expriment pour dénoncer le principe de ce scrutin. Que reprochez-vous à ce système ?

Guy Delcourt : J’ai lancé ce site pour dire non aux primaires telles qu’elles ont été organisées. Nous avons recueilli à peu près 8000 signatures, sans compter celles collectées par Michel Vauzelle, via son site Front républicain, (député, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Organiser une élection est très lourd, et celle-ci n’échappera pas à la règle. Dans certaines communes, les listes électorales n’ont pas été mises à la disposition des socialistes, certains maires de droite rechignent à libérer des salles pour cette élection. Des primaires à la façon d’Europe Ecologie par exemple, avec une préinscription par Internet, auraient été plus simples à organiser et moins contestables. Pour ma part je suis solidaire de mon parti et des salles sont prévues, mais là encore, les électeurs auront le réflexe de se rendre à leur bureau de vote habituel, malgré notre campagne d’information.

Terrafemina : Cette stratégie d’ouvrir les élections à l’ensemble de la population peut-elle se retourner contre le parti socialiste?

G. D : La grande différence avec 2006, c’est que le vote pour élire le candidat socialiste à la présidentielle n’est plus réservé aux militants, il s’ouvre à tous les inscrits des listes électorales et aux étrangers. On ne peut s’empêcher de penser au congrès de Reims et aux soupçons de fraude en 2008, que va-t-il en être avec une élection nationale ? Comment mettre en place une commission de contrôle efficace ? Il y a eu un emballement autour de cette primaire ouverte, à l’américaine, mais on a oublié les militants, et selon moi leur vote aurait dû être préféré, au moins pour le deuxième tour. Ils sont plus dans la conviction et le débat, et moins dans la tentation médiatique.

Terrafemina : L’affaire DSK a-t-elle jeté un voile d’ombre sur les primaires socialistes selon vous ?

G. D. : Non, parce qu’il y a une affaire Georges Tron, qui n’a pas non plus été jugée, j’aurais envie de dire, comme au tennis « 15 A », la balle est au centre. Nicolas Sarkozy ne peut pas s’en servir contre la gauche. Mais ces histoires contribuent à entretenir la lassitude générale des Français. Si DSK s’était présenté aux primaires, j’aurais voté pour lui, parce que je suis un socialiste de la trempe de Pierre Mauroy ou de Lionel Jospin. Je pense qu’il faut faire comprendre aux électeurs que le président ne peut pas être que le président des Français. Ce serait mentir d’affirmer qu’on a le choix d’accepter ou non la mondialisation, elle est là. J’aurais cru au couple DSK président, Martine Aubry Premier ministre. Dominique Strauss-Kahn représentait aussi une ouverture possible vers la droite modérée, je ne sais pas s’ils iront vers Martine Aubry ou François Hollande. J’ai décidé de ne parrainer aucun candidat à la primaire, et ne dévoilerai pas la teneur de mon vote.

VOIR AUSSI

Femmes en politique : la conquête par les réseaux
Cantonales : 86% des conseillers généraux sont des hommes !
Politique et internet en France, un couple encore mal assorti
Familles monoparentales à Paris : l’Interview d’Olga Trostiansky

L’INFO DES MEMBRES

Hulot / Présidentielle : candidat aux primaires d'Europe Ecologie-Les Verts ?
Martine Aubry dévoile son programme