Baby Loup : le parquet général approuve le licenciement

L'ex-salariée de la crèche Baby Loup a finalement été déboutée de sa demande. Le parquet général de la cour d'appel de Versailles a rendu son verdict et estime que le licenciement de cette salariée voilée était licite. Cela confirme le jugement en première instance de cette affaire commencée en 2008.
A lire aussi
Crèche Baby Loup : le licenciement de l'employée voilée annulé
discrimination
Crèche Baby Loup : le licenciement de l'employée voilée...


Licenciée par la crèche Baby Loup pour avoir refusé d’ôter son voile dans le cadre de son travail, Fatima Atif avait engagé une action en justice pour « licenciement abusif » et réclamait plus de 100 000 euros de dommages et intérêts. Une demande qu’elle n’obtiendra pas par une décision rendue hier par le parquet de Versailles.
La magistrate a estimé qu' « il [n'y a] pas de doute sur la connaissance du règlement intérieur par Mme A. » et que « l'employeur, personne privée, peut prendre un tel règlement ».
Une décision allant dans le sens de l’avocat général, Jacques Cholet. « Ce jugement est correctement motivé et est adapté à la situation qui est la nôtre ».
Du côté de la défense, Michel Henry, avocat de Fatima Atif, s’est défendu en évoquant le « contexte local » de ce quartier défavorisé où la population représente « une mosaïque d’origines », arguant que dans un tel contexte sa plaignante « ne provoque aucune émotion particulière, elle se fond dans le paysage ». Des affirmations auxquelles l’avocat de la crèche, Richard Malka, a répondu : « La laïcité, ce serait dans les beaux quartiers et pas dans ces quartiers-là. C’est le communautarisme le plus extrême ».

Claire-Marie Allègre

(Source : lefigaro.fr)
Crédit photo : AFP/Archives

VOIR AUSSI

Baby Loup : la femme voilée jugée en appel
Baby Loup : les Prud'hommes donnent raison à la crèche
Baby loup : Le voile met la crèche en danger
Crèche Baby Loup : la salariée voilée fait appel