L'UMP lance l'offensive après les primaires PS

Jean-François Copé appelle l'UMP à « la mobilisation générale » suite aux primaires socialistes qu'il qualifie de « séquence extrêmement difficile » pour la majorité.
A lire aussi


L’omniprésence du PS dans les médias commençait à agacer Jean-François Copé. Le secrétaire général de l’UMP organise désormais l’offensive. Il souhaite « reprendre la main » afin de dépasser la « séquence extrêmement difficile » qu’a représentée la primaire PS pour l’UMP. Le secrétaire général de l’UMP compte bien mobiliser ses troupes dès jeudi et vendredi, à l’occasion des journées parlementaires de la majorité à Saint-Cyr-sur-Loire (près de Tours), sans attendre le résultat du second tour entre François Hollande et Martine Aubry.
À son arrivée à ces rencontres de l’UMP, Jean-François Copé a déclaré « le mot d’ordre est la mobilisation générale. Nous aurons un adversaire identifié à partir de dimanche soir ». « On n'est pas là pour aller sur le terrain de nos adversaires, on est là pour les combattre avec nos arguments. (...) Moi, j'ai pris mes responsabilités en prenant l'option d'être sévère face à cette pantomime qui nous était présentée de l'autre côté de l'échiquier politique », a-t-il également lancé comme une pique à François Fillon, qui avait salué le « processus moderne » des primaires.
L'UMP a prévu de consacrer mardi l'une de ses conventions thématiques à « décortiquer le projet du PS ». La majorité compte ainsi « démonter, chiffres à l’appui, son caractère complètement décalé » par rapport à la crise que vit la France, et montrer aux Français « qu’aucune des promesses faites par les socialistes n’est réalisable ». Selon la droite, les deux candidats à la primaire socialiste leur ont « donné des arguments en s’échangeant des noms d’oiseaux ». Ainsi M. Copé reprend à son compte les qualifications de « gauche sectaire » et de « gauche molle » que l’on avait pu entendre dans les propos de Martine Aubry.
« La gauche sectaire, ce sont les nationalisations de 1981, les 35 heures... et la gauche molle, c'est la gauche incapable de décisions, allergique au courage et inapte au commandement », a ainsi affirmé le secrétaire général de l’UMP.
Cette attitude offensive prend le relai d’un effacement de l’UMP ces derniers jours : « on n’arrivait pas à faire émerger un message », confiait Jean-François Copé.

VOIR AUSSI

Primaires PS : « L’UMP va récupérer son temps de parole »
Primaire PS : l’UMP raille la « défaite story » et « qui va dépenser des millions »
Primaires PS : « en cas de succès, l’UMP devra se lancer »
Primaire socialiste : retour sur l’ultime face à face entre Aubry et Hollande