Mariages forcés : vers un durcissement de la loi.

Mariages forcés : vers un durcissement de la loi.
Mariages forcés : vers un durcissement de la loi.
L’été, synonyme de retour au bled pour certaines familles,  est la période où les mariages forcés sont les plus fréquents : 70.000 jeunes filles étaient concernées en 2004 selon le Haut Conseil pour l’intégration. Dans le cadre d’une loi renforçant la protection des femmes contre les sévices conjugaux, la lutte contre cette pratique s’intensifie.
A lire aussi
Mariage pour tous : ce que la loi va changer pour les entreprises
emploi
Mariage pour tous : ce que la loi va changer pour les...

Grâce à la loi proposée par les deux députés, Danielle Bousquet (PS) et Guy Geoffroy (UMP) et votée le 28 juin dernier par l’Assemblée Nationale, l’incitation au mariage constitue désormais un délit. Toute personne suspectée de pratiquer ce genre d’activité pourra écoper de trois ans d'emprisonnement et d’une amende de 75.000 euros.

Le mariage forcé était connu pour être une pratique des foyers issus du Maghreb, du Sénégal, du Mali et du Niger. Aujourd’hui, elle s’étend aux populations originaires du Moyen-Orient comme les familles pakistanaises, turques, ou libanaises. Antinomique au mariage arrangé et au mariage blanc – pour lesquels les deux conjoints donnent leur accord-, le mariage forcé est une forme de violence pouvant avoir de lourdes conséquences physiques et psychologiques. Les hommes en sont, eux aussi, de plus en plus victimes notamment pour les homosexuels.

Hélène Cerneau

ALLER PLUS LOIN :


La lutte contre les violences conjugales fait l’unanimité


Violences faites aux femmes : grande cause nationale



Tout ce qu’il faut savoir sur le contrat de mariage