Rien ne va plus chez PSA Peugeot Citroën

Rien ne va plus chez PSA Peugeot Citroën
Rien ne va plus chez PSA Peugeot Citroën
C’est entre 4000 et 5000 postes qui seront supprimés bientôt chez PSA, bien sûr le groupe affirme qu’il ne procédera pas à des licenciements, mais à des départs volontaires ou en préretraite. Même après tous les plans de réductions de production de ces derniers mois.
A lire aussi

Comme toutes les grandes entreprises certains pensent que c’est la délocalisation qui amène le groupe PSA Peugeot Citroën à supprimer des emplois. Pour un plan d'économie en 2012, il y aura : 1.900 postes dans le groupe français, 400 emplois du bureau d’études vont disparaître, 2.000 collaborateurs externes rien qu'à Sochaux-Belchamps (pas encore de chiffres pour les autres sites).

Mais d’autres usines sont concernées par ce plan car la marque au lion va supprimer en France, en tout, environ 4000 à 5000 emplois. Le président du directoire du groupe, Philippe Varin, avait annoncé de forts vents contraires dans l’entreprise, il y avait déjà eu des arrêts obligatoires en RTT et chômage technique.

Les salariés sont résignés car ils ont fait des efforts et se retrouvent dans la tourmente. Tous les sites du constructeur sont touchés car celui de Sevelnord dans le Nord, même Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis et Madrid aussi sont concernés. Tout le marché Européen est touché et les délocalisations vont bon train. Des lignes de production totalement françaises auparavant  vont vers des marchés plus rentables comme la Chine et même le Brésil. Jean-Pierre Mercier, délégué CGT déclare que les usines françaises sont compétitives, et encourage à se battre pour garder les emplois.

VOIR AUSSI

Comment contester mon licenciement ?

La grossesse, nouveau motif de licenciement ?

Comment apprend-on que l’on est licencié ?

La notification de licenciement