Crèche : la mairie de Paris dément avoir exclu la petite handicapée

La mairie de Paris a démenti hier avoir exclu d'une crèche du XVe arrondissement une enfant atteinte d'une anomalie dermatologique, assurant que l'exclusion avait été décidée en accord avec les parents. Le 23 décembre, la mère de la fillette avait décidé de porter plainte contre X pour discrimination.
A lire aussi
Amel Bent : "Comment j'élève des petites filles féministes"
News essentielles
Amel Bent : "Comment j'élève des petites filles...


La mairie de Paris n’est pas responsable de l’exclusion de la crèche de la petite Loujaine. C’est en tout cas ce qu’a annoncé hier la ville de Paris, affirmant que la décision de retirer de la crèche municipale Convention (XVe arrondissement) cette enfant de deux ans atteinte d’une anomalie dermatologique avait été prise après « concertation entre les médecins, la PMI (Protection maternelle et infantile ndlr.) et les parents ». Ce démenti intervient à la suite du dépôt de plainte contre X pour discrimination de la mère de l’enfant, Hanane Douibi. Celle-ci regrette en effet que sa fille, souffrant d’une sorte de grain de beauté géant lui recouvrant une grande partie du corps, ait été retirée de la crèche sans motif valable. Selon l’AFP, qui a pu consulter la plainte, cette exclusion s’est faite sous « l'apparence de conseils appuyés et non d'un refus explicite » mais « ne semble s'expliquer que par la particularité physique de l'enfant, qui peut être impressionnante au premier regard mais n'est pas contagieuse et ne nécessite aucun soin particulier du personnel de la crèche ». Après avoir été inscrite en novembre 2010, la petite Loujaine ne passera que trois semaines au sein de la crèche, le médecin de l’institution recommandant à sa mère « avec une insistance perceptible » de garder l’enfant « au chaud avec elle ».

Pour justifier ce renvoi, la mairie de Paris, qui affirme dans un communiqué n’avoir « à aucun moment pris la décision d’exclure la petite fille », indique que la crèche n’était pas le lieu adéquat pour elle. « Au cours de ses séjours en crèche, l'enfant a contracté plusieurs infections. Le médecin hospitalier qui suivait l'enfant a dès lors conseillé aux parents de la retirer de la crèche collective, considérant que ce mode de garde ne se révélait pas approprié au vu des nombreux risques infectieux qui la mettaient en danger », explique la mairie.

À noter que la petite Loujaine est actuellement en traitement grâce à des greffes de la peau.

Alexandre Roux

(Source : nouvelobs.com)
Crédit photo : AFP/Archives

VOIR AUSSI

Comment créer une micro-crèche ?
Garde d'enfant : Avez-vous pensé à la crèche interentreprise ?

L'INFO DES MEMBRES

Crèche : une fillette exclue à cause d'un grain de beauté
Accident à la crèche : mort d’un bébé après s’être coincé la tête
Suède : suivre son enfant à la crèche avec un GPS, c’est possible