Hausse des prix : grandes surfaces, agriculteurs, à qui la faute ?

Hausse des prix : grandes surfaces, agriculteurs, à qui la faute ?
Hausse des prix : grandes surfaces, agriculteurs, à qui la faute ?
Les prix grimpent, tout le monde a pu s’en apercevoir. La baisse du prix des matières premières ne s’est pas répercutée sur les prix pratiqués par les grandes surfaces. L’observatoire des prix est scandalisé par un tel constat.
A lire aussi
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est notre histoire qu'il faut raconter"
News essentielles
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est...

Philippe Chalmain, expert en matières premières agricoles, a remis un rapport sur les évolutions des prix et les marges des aliments.

C’est avec l’aide de l’Insee et de FranceAgriMer (établissement national des produits de l’agriculture et de la mer) que le rapport a pu être mené à bien pour les services de statistiques du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Alors que les marges restent constantes depuis très longtemps dans la grande distribution, les prix payés aux agriculteurs et aux éleveurs vont toujours vers le bas, ce que dénoncent les différents rapports.  

A qui bénéficie la crise agricole ? La question est posée mais le constat est franchement sujet à polémique.

La part qui revient aux éleveurs depuis 10 ans est très réduite passant de 45% en 2000 à 36 % aujourd’hui alors que les prix grimpent. La part qui revient aux grandes surfaces, elle, a bondi de 39 à 55 %.

A titre d’exemple, les marges des distributeurs ont doublé sur le lait, alors que les producteurs gagnent de moins en moins.

Une meilleure traçabilité des prix permettrait de constater plus facilement les abus. En attendant, les consommateurs, derniers maillons de la chaine, en patissent tous les jours de plus en plus.

VOIR AUSSI

Prochaine flambée des prix alimentaires

Hausse des prix sur certains produits alimentaires en 2011

Hausse des prix à la consommation : +0.7% pour le mois de mai 2011

Consommation: le prix du caddie va encore flamber

Grande distribution: un 'panier des essentiels' à moins de vingt euros