Ryanair : Cinq employés belges dénoncent des conditions de travail "low-cost"

Ryanair : Cinq employés belges dénoncent des conditions de travail "low-cost"
Ryanair : Cinq employés belges dénoncent des conditions de travail "low-cost"
Charleroi, Belgique. Cinq membres d'équipages attachés à Ryanair ont témoigné des conditions de travail au sein de la compagnie low-cost. Une bonne partie du mal semble venir du droit social irlandais, appliqué à leur statut.
A lire aussi
Femmes et travail : la condition féminine stagne
femmes
Femmes et travail : la condition féminine stagne

Cinq membres d'équipages attachés à la compagnie aérienne Ryanair ont témoigné, lors d'une conférence de presse organisée par le syndicat CNE mardi à Charleroi, des conditions de travail en vigueur au sein de la compagnie irlandaise.

Certains des employés présents travaillent encore pour la compagnie. Les autres l'ont quittée récemment en raison des conditions de travail au sein de la société.

Les cinq employés dénoncent l'application à leur statut du droit social irlandais. Ils ont affirmé gagner 16,20 euros brut par heure de vol. De ces horaires rémunérés sont exclues les heures prises par le briefing, le travail au sol et d'éventuels retards et avaries.

Ils dénoncent également le règlement prévu en cas de maladie. Après trois jours d'absence, les travailleurs de Ryanair sont obligés de se présenter auprès d'un responsable de la compagnie pour évoquer leurs problèmes de santé, pratique contraire au droit belge mais légale en Irlande. Selon eux, les frais liés à la formation sont aussi à charge du personnel qui les rembourse souvent par petites mensualités déduites du salaire.

On ne devient pas low-cost par hasard…