Santé : infarctus du myocarde, adoptez les bons réflexes

Santé : infarctus du myocarde, adoptez les bons réflexes
Santé : infarctus du myocarde, adoptez les bons réflexes
Les résultats de l’observatoire français sur l’infarctus du myocarde (IDM) ont été annoncés hier lors d’une conférence de presse organisée par la Société Française de Cardiologie (SFC). Les victimes d’IDM n’ont pas encore de bons réflexes et le circuit santé des patients comporte encore trop d’intermédiaires qui retardent les soins.
A lire aussi

L'étude menée par l’observatoire Stent for Life montre des dysfonctionnements autour de l'infarctus du myocarde a annoncé aujourd'hui lors d’une conférence de presse la Société Française de Cardiologie.
D’un côté, les patients : les victimes d’IDM n’ont pas encore les bons reflexes. Lorsqu’elles ressentent une douleur thoracique, elles ne sont que 25% à demander de l’aide et moins de 50% composent le 15. « Le reflexe du 15 n’est pas encore entré dans les mœurs. Il faut que cela soit systématique lorsque des douleurs à la poitrine sont ressenties » explique le Pr Martine Gilard, membre de la SFC.
De l’autre côté, les professionnels de la santé : d’après l’observatoire, 29% des patients passent par un centre périphérique, multipliant le nombre d’intermédiaires médicaux. 227 minutes s’écoulent alors entre la première intervention médicale et l’angioplastie, une durée qui ne devrait pas excéder 120 minutes.
100.000 personnes sont victimes d’un IDM chaque année et 13.000 en meurent. Une campagne de sensibilisation va donc être mise en place début avril par la SFC, la Société Française de Médecine d’Urgence et le SAMU pour que les patients adoptent les bons reflexes : application iPhone Infarctus, brochures, affiches pour les salles d’attentes médicales et newsletter envoyée aux médecins. Un nouvel observatoire aura lieu en novembre pour évaluer la progression de la situation.
(Source : santenews.eu)

Géraldine Bachmann

VOIR AUSSI

« Infarctus : une question de vie », grande campagne nationale
Le froid rend notre coeur plus vulnérable
Les maladies cardiovasculaires tuent aussi les femmes