Sculptures et cacao : Patrick Roger ouvre sa mine de chocolat

Sculptures et cacao : Patrick Roger ouvre sa mine de chocolat
Sculptures et cacao : Patrick Roger ouvre sa mine de chocolat
C'est un rêve de cacao. Le chocolatier Patrick Roger vient d'ouvrir sa nouvelle boutique, place de la Madeleine à Paris. Si on peut y acheter ses délicieux bonbons, on peut surtout y admirer ses grandes sculptures de chocolat, qui nous emmènent dans une jungle exotique à croquer, du sommet d'un arbre de lianes jusqu'au cœur d'une mine d'or brun... Évasion (gourmande) garantie.
A lire aussi
Vous voulez booster votre séance de sport ? Mangez du chocolat !
News essentielles
Vous voulez booster votre séance de sport ? Mangez du...


Plus qu'une boutique, c'est un musée. Déjà, le magasin de Patrick Roger attire l'œil des passants qui se promènent place de la Madeleine à Paris, avec ses singes de chocolat grandeur nature qui rient dans la vitrine striée du vert vif emblématique du chocolatier. À peine le seuil franchi, un parfum de cacao vous chatouille les narines. L'aménagement est moderne, tout de tubes d'aluminium qui forment autant d'alvéoles, comme dans une ruche géante. L'endroit est original, un peu fou, et sorti tout droit de l'imagination du chocolatier, qui a dessiné et conçu lui-même l'espace.

C'est au sous-sol qu'est abritée la mine de cacao : de hautes parois d'or sombre constellées ici et là de brillants verts - les fameux bonbons Couleurs de Patrick Roger, parfum citron-basilic. La lumière tamisée rajoute à l'ambiance de caverne. Au rez-de-chaussé, des singes mélancoliques ou rieurs nous accueillent, tandis qu'un arbre de lianes mêlées prend racines et monte jusqu'à l'étage ; là-haut, des chimpanzés de nouveau, surprenants de réalisme. On trouve également un espace où sont exposées des copies en bronze de sculptures de notre chocolatier, artiste d'un nouveau genre.

Sculptures géantes et miniatures gourmandes

Combien de temps se conservent le œuvres de cacao de Patrick Roger ? C'est la question que posent tous les clients, qui rêveraient à n'en pas douter d'en emporter un morceau. La température de la boutique n'excède jamais 16°C pour préserver les sculptures, toutes de chocolat noir, qui peuvent tenir ainsi une vingtaine d'années environ. Mais bien que la forme persiste, les qualités gustatives s'altèrent au fil du temps.

Ainsi, si on se verrait bien pioche en main à creuser dans la mine pour déguster des pépites de chocolat ou à grignoter l'écorce de l'arbre géant, les sculptures ne se mangent pas. Heureusement, dans la boutique du rez-de-chaussée s'alignent les collections de miniatures de Patrick Roger qui n'attendent que d'être achetées, déclinant le chocolat sur de multiples saveurs, couleurs et matières. Pour ces bonbons la dégustation est autorisée - et même très recommandée.

VOIR AUSSI

Chocolat : l'addiction est biologiquement prouvée (et donc incontrôlable ?)
Le chocolat noir, un allié minceur ?
La recette du chocolat qui ne fond pas, enfin mise au point ?