Sécu : Une cure d’austérité pour pallier le déficit

Sécu : Une cure d’austérité pour pallier le déficit
Sécu : Une cure d’austérité pour pallier le déficit
Dans cette photo : Christine Lagarde
Face à un nouveau déficit record de la Sécurité sociale en 2010 estimé à près de 23,1milliards d'euros, le gouvernement a annoncé mardi 28 septembre, une série de mesures. Objectif : faire des économies et enrayer le creusement du célèbre « trou » de la Sécu.
A lire aussi

Un record historique en termes de déficit et qui pourrait bien se creuser encore  en 2011. En rendant public ce constat, le gouvernement a présenté un plan de redressement des comptes de la Sécurité Sociale. Objectif : réaliser une économie de 2,5 milliards d’euros sur la branche maladie. Une série de mesures ont ainsi été dévoilée par François Baroin, ministre du budget, et Christine Lagarde, ministre de l'économie, en conseil des ministres. Le gouvernement mise non seulement sur la baisse du prix de certains médicaments et  dispositifs médicaux, mais également sur un rabot appliqué aux tarifs des radiologues et biologistes. Autres mesures phares : le « renforcement de l’efficience du système  de soins » en encadrant les prescriptions des médecins en ville et, plus sensible, le durcissement de la prise en charge des affections de longue durée, notamment en ce qui concerne les transports. Les assurés sociaux devront eux aussi faire des efforts et passer à la caisse. Ainsi, le taux de remboursement des médicaments à vignette bleue (dont le service est considéré comme « modéré ») baissera de 35 % à 30 %. Autre contribution : le ticket modérateur à l'hôpital. Actuellement, l'assuré prend en charge 20 % du montant des actes jusqu'à 91 €. Au-delà, il s'acquitte d'un forfait de 18 €. Ce seuil va être relevé à 120 €.