Rythmes scolaires : Bertrand Delanoë demande l'avis des Parisiens

Rythmes scolaires : Bertrand Delanoë demande l'avis des Parisiens
Rythmes scolaires : Bertrand Delanoë demande l'avis des Parisiens
Dans cette photo : Bertrand Delanoë
Sur le site de la ville de Paris, le maire socialiste Bertrand Delanoë adresse un questionnaire aux Parisiens sur les rythmes scolaires afin de recueillir l'opinion des parents d'élèves et des enseignants.
A lire aussi


Bertrand Delanoë, le maire de Paris, a décidé de solliciter l’avis des Parisiens sur les rythmes scolaires et la semaine des quatre jours et demi prévue pour 2013. Alors que la contestation ne cesse de croître face à cette nouvelle réforme, le maire de la capitale a mis en ligne un questionnaire sur le site de la ville afin de recueillir l’avis de l’ensemble des Parisiens. Parmi les questions posées : « Si vous avez des enfants scolarisés à l'école maternelle, laquelle des deux solutions aurait votre préférence personnelle : la classe commence à 9h15, les enfants sont accueillis dans un cadre calme et ludique à partir de 8h30, ou la classe termine à 15h45, les enfants sont accueillis dans un cadre calme et ludique jusqu'à 16h30 ». Ce questionnaire, qui est une première pour la mairie de Paris, s’adresse à tous, aussi bien aux parents d’élèves qu'aux enseignants.

Si la tenue des cours du samedi matin avait longtemps été contestée par le maire de Paris, ce dernier n’exclut désormais pas cette hypothèse. « Ça peut être le samedi matin, ça peut être le mercredi matin, je note simplement qu'il y a à Paris, beaucoup de gens qui travaillent et qui sont en (congé) le samedi et qui ont envie d'être avec leurs enfants. Je dis aussi qu'il faut tenir compte des familles recomposées et donc de l'organisation des week-ends », a-t-il expliqué sur France 3 Île-de-France.

Alice Bidet

VOIR AUSSI

Réforme des rythmes scolaires : pourquoi parents et profs grincent des dents
Comprendre la réforme des rythmes scolaires en 3 questions
Rythmes scolaires : la semaine de 4,5 jours va coûter cher au contribuable