Crèche Baby Loup : rejet de la proposition de loi sur la laïcité

Crèche Baby Loup : rejet de la proposition de loi sur la laïcité
Crèche Baby Loup : rejet de la proposition de loi sur la laïcité
L'Assemblée nationale a rejeté jeudi 6 juin une proposition de loi présentée par l'UMP, autorisant les entreprises à imposer la neutralité religieuse au travail. cette initiative faisait suite à l'affaire de la crèche Baby Loup.
A lire aussi
Crèche Baby Loup : le parquet entérine l'interdiction du port du voile
religion
Crèche Baby Loup : le parquet entérine l'interdiction du...


L'Assemblée nationale a repoussé jeudi 6 juin une proposition de loi UMP autorisant les entreprises à imposer la neutralité religieuse au travail, considérant qu’il fallait attendre le rapport d’étape de l’Observatoire de la laïcité récemment mis en place par François Hollande. Selon Michel Sapin, le ministre du Travail « La loi peut être un outil, mais prenons le temps d’observer les choses ».

Éric Ciotti, rapporteur UMP du texte, insistait sur la nécessité de légiférer afin de combler « un vide juridique » révélé par l'affaire Baby Loup. Le 19 mars dernier, la Cour de cassation avait en effet annulé le licenciement d'une employée voilée de cette crèche associative installée à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines).

Mr Ciotti a rappelé qu'« il ne peut y avoir de cohésion nationale sans laïcité », et préconisé « des solutions adaptées au fur et à mesure que les problèmes se posent », citant notamment les lois sur le voile à l'école (2004) et l'interdiction du niqab dans l'espace public (2010).

La proposition proposait d'inclure dans le Code du travail une disposition rendant « légitimes » des « restrictions visant à réglementer le port de signes et les pratiques manifestant une appartenance religieuse ».

Baby Loup déménagera en 2014

Installée depuis 22 ans à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), la crèche Baby Loup déménagera début 2014 à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). La directrice et la présidente de la crèche ont pris cette décision car « d'une part, les salariés ne supportaient plus la pression liée à cette affaire. D'autre part, cela doit permettre de repartir sur de nouvelles bases, de tout point de vue », expliquait la structure en avril dernier.

Pour autant, Baby Loup n'abandonnera pas « les quartiers déshérités », et réfléchit à un système de ramassage qui permettrait d'emmener les enfants de leur domicile à la crèche.

Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

Baby Loup : le voile met la crèche en danger
Crèche Baby Loup : mise à mal de la laïcité ou reconnaissance d'une discrimination ?
Crèches : interdire le port du voile est légal