Alcool : les parents inquiets pour leurs enfants

Alcool : les parents inquiets pour leurs enfants
Alcool : les parents inquiets pour leurs enfants
Selon un sondage réalisé pour l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre publié aujourd'hui, une très grande majorité de parents sont inquiets de la relation que les jeunes entretiennent avec l'alcool. Et au regard des chiffres, cette inquiétude peut paraître justifiée.
A lire aussi
Ces parents fêtent la rentrée de leurs enfants avec des photos hilarantes
News essentielles
Ces parents fêtent la rentrée de leurs enfants avec des...


L'alcool chez les jeunes préoccupe la majeure partie des parents. C'est le résultat d’un sondage publié aujourd’hui et réalisé par Opinion Way auprès de 557 pères et mères d’enfants scolarisés. Cette enquête révèle en effet que pour 83% des parents, la consommation d’alcool chez les jeunes « est une source d’inquiétude ». Pour 40% de ces parents, le plus inquiétant est d’ailleurs le fait « que les jeunes consomment de plus en plus souvent de l’alcool de façon excessive, jusqu’à l’ivresse ». 28% pensent en revanche que c’est le fait « qu’ils boivent de plus en plus jeune » et 20% qu’ « ils ne puissent plus envisager une soirée entre amis sans qu’il y ait de l’alcool ». Les parents sont cependant plus confiants lorsqu’il s’agit de se prononcer au sujet de leurs propres enfants. Ils sont donc seulement 14% de parents d’enfants âgés de 12 ans ou plus à penser que leur consommation est en hausse comparée à la leur au même âge.

Au regard des constatations de Xavier Pommereau, psychiatre et responsable du centre aquitain de l’adolescence au CHU de Bordeaux, l’inquiétude des parents peut sembler légitime. Car au-delà du fait que les jeunes seraient de plus en plus nombreux à faire des comas éthyliques, l’expert note un rajeunissement considérable des adolescents qui boivent. Et le taux de filles dans ce cas serait de plus en plus fort. « Ces jeunes sont de tous milieux et ne se limitent plus aux 15 % de ceux qui vont mal. Dès 11-12 ans, ils se livrent à des ivresses répétées ; les 13-16 ans organisent des fiestas qui sont de véritables beuveries. Chaque week-end, en moyenne, deux jeunes filles de moins de 15 ans arrivent aux urgences du CHU de Bordeaux en état d'ébriété avancé ou en coma éthylique » affirme le psychiatre. Selon Philippe Batel, également psychiatre et chef du service d’addictologie de l’hôpital Beaujon à Clichy-sur-Seine (Hauts-de-Seine), pour remédier à ce phénomène, il faut mettre en place une prévention précoce : « Il faut ouvrir le dialogue dès l'âge de 10 ans et parler aux enfants des problèmes de drogue, de tabagisme et bien sûr d'alcool ».

Rappelons que d’après une étude HBSC (Health Behaviour in School-Aged Children) parue en 2008, l’ivresse chez les jeunes a connu une forte progression entre 2002 et 2006. Ainsi, 41% des jeunes de 15 ans affirment avoir déjà été saouls en 2006. Ils n’étaient que 30% en 2002. À noter que les garçons seraient plus touchés que les filles par ce phénomène.

Alexandre Roux

(Source : lemonde.fr)
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Alcool : les Français boivent moins de vin
L’alcool tue 2,5 millions de personnes dans le monde chaque année
Cancer du sein : boire de l'alcool augmente les risques de 15%
Bientôt un traitement contre l’alcoolisme ?

L’INFO DES MEMBRES

Un enfant de trois ans déclaré alcoolique par les autorités britanniques
Premix : comment alcooliser les adolescents sans en avoir l'air