Donner son lait maternel : mode d'emploi

Donner son lait maternel : mode d'emploi
Donner son lait maternel : mode d'emploi

Au Moyen-âge, les nourrices allaitaient les enfants des autres. Aujourd’hui, on ne donne plus le sein à un enfant qui n’est pas le sien, mais on peut quand même donner son lait. Voici un excellent moyen de ne pas gaspiller… et de sauver des vies.

A lire aussi
Pourquoi cette maman a photographié son bébé entouré de lait maternel
News essentielles
Pourquoi cette maman a photographié son bébé entouré de...

Pourquoi donner son lait ?


Beaucoup d’entre nous ignorent encore que le lait peut sauver des vies ; c’est d’ailleurs pour cela que la collecte dans les lactariums de France reste insuffisante. La preuve ? En 2009, la banque de lait parisienne n’a collecté que 6000 L de lait. 


Pour qui ?


Le lait maternel est distribué sur prescription médicale et principalement destiné aux enfants nés de façon prématurée mais aussi aux nouveaux-nés présentant certaines pathologies digestives, cardiaques, ayant une intolérance rebelle aux protéines de lait de vache ou une insuffisance rénale sévère.

Qui peut donner ?


Il faut avoir déjà allaité ou être allaitante et bien entendu avoir un excédent de lait à fournir. Il n’y a pas de limite d’âge ; à 20 ans comme à  45 ans, la composition du lait est identique. Néanmoins, les mères d’enfants âgés de plus de six mois, ne peuvent pas donner leur lait dans certains lactariums de France en raison de l’évolution de la composition des laits au fil des mois. Vous ne trouverez aucun texte le mentionnant, c’est à l’établissement de définir sa procédure dans ce domaine.

Les conditions :


Après votre demande auprès d’un établissement habilité, vous devrez vous soumettre à un questionnaire médical afin de déceler une éventuelle contre-indication au don de lait. Si vous ne présentez aucune incompatibilité, une équipe médicale vous fournira tout le matériel adapté (tire-lait, récipients, flacon stérile) afin de rentrer dans un protocole de recueil du lait. Si vous parvenez à avoir un excédent de lait suffisant (1L, 1,5L environ) en 2 à 3 semaines, vous subirez  alors une analyse sérologique (communément appelée prise de sang).

L’objectif : vérifier si vous n’êtes pas atteinte d’une infection transmissible par le lait maternel : HIV, hépatite B et C,  HTLV.

A noter : au même titre que pour le don de sang, il ne faut jamais avoir été transfusée pour se porter donneuse. 

Comment procéder ?


Il vous suffit de contacter le centre le plus proche de chez vous. Pour trouver le  lactarium à proximité de votre domicile, cliquez-ici.

Quel est le protocole ?


Une fois le lait récolté à votre domicile, il sera analysé afin de réaliser sur celui-ci une analyse bactériologique. Chaque jour, vous devrez remplir un petit biberon (en fonction de votre surplus) et le congeler.
Tous les quinze jours- trois semaines (en fonction de la proximité),  une équipe du lactarium passera directement à votre domicile. Ainsi, la donneuse n’est pas contrainte de se déplacer au lactarium pour pouvoir donner son lait.
Il sera ensuite filtré, pasteurisé et congelé.
Sachez que le don est soumis à un contrôle rigoureux et qu’il sera abandonné en cas de diminution anormale de la lactation. Chaque trimestre, un examen sérologique sera de nouveau réalisé pour s’assurer de la fiabilité de votre lait.

Les types de dons : deux possibilités


Le don personnalisé

Dans certaines situations, vous ne pouvez pas allaiter directement au sein. Il est donc tout à fait possible de recueillir votre lait pour nourrir votre enfant au lait maternel. Ceci permet de maintenir un lien entre la mère et l’enfant pendant son hospitalisation.

Si votre enfant est hospitalisé pour des raisons médicales (cardiologiques ou intestinales) ou s’il est prématuré (si le nourrisson pèse moins de 1500 g et  est âgé de moins de 32 semaines), vous pouvez collecter votre lait et lui apporter directement dans l’établissement hospitalier dans lequel il se trouve.  

Dans le cas où vous ne pourriez allaiter votre enfant et s’il présente une contre-indication au lait en poudre,  une prescription médicale de lait maternel lui sera faite.

Le don anonyme

Le don est totalement anonyme et la récolte s’effectue au domicile de la donneuse. Il est ensuite apporté dans un  lactarium, généralement rattaché à un CHU (Centre Hospitalier Universitaire) ou au sein d’un établissement indépendant reconnu d’utilité publique. 

A NOTER :

Ce don est gratuit. En revanche, le lait est distribué selon un tarif fixé par arrêté ministériel  et revendu. Pour les bénéficiaires,  il sera pris en charge à 100% par la sécurité sociale.


EN BREF :

Le recueil du lait est assuré à la maternité ou à domicile par des puéricultrices ou des auxiliaires de puéricultrices. Il sera placé lors du voyage entre votre domicile et le lactarium dans des glacières isothermes pour ne pas rompre la chaine du froid.
Il obéit à des règles extrêmement strictes : suivi médical, contrôle de toute infection éventuelle (hépatite B, C, test VIH) et aussi à des examens bactériologiques pratiqués sur le lait sur la mère.

Sachez que le dépistage sérologique est également obligatoire (par arrêté de février 1995).  Il s’agit de déceler toute bactérie éventuelle. Ces examens sont essentiels pour garantir à la mère la qualité de son lait. 

Les lieux : Les banques de lait, les lactariums. Peu connus, les lactariums sont des établissements spécialisés dans la collecte, l’analyse, le traitement et la distribution du lait maternel.

Objectifs : Collecter le lait pour le redistribuer à des enfants prématurés notamment ou qui présentent certaines  maladies digestives ou allergiques. Ils fournissent aussi les services de néonatologie et de pédiatrie. Le 1 er lactarium de France a vu le jour en 1947. A ce jour, on compte 19 établissements de ce type.

ALLER PLUS LOIN :

Faut-il craindre l'accouchement ? La réponse sur Terrafemina !
Et pour tout savoir sur le don d'ovocytes et de spermatozoides, cliquez ici !

Dans l'actu