Le PACS a le vent en poupe

Le PACS a le vent en poupe
Le PACS a le vent en poupe
En 2008, le mythique « salon du mariage » de Champerret crée l’événènement en intégrant le PACS. Même si certains réfractaires continuent de s’en insurger, le Pacte Civil de Solidarité a désormais bel et bien signé son entrée au sein des mœurs françaises.
A lire aussi
Jouets de Noël 2012 : les meilleures ventes du e-commerce
Mag
Jouets de Noël 2012 : les meilleures ventes du e-commerce

Le PACS se démocratise, qu’on se le dise ! Alors qu’on le dépeignait (et l’attendait !) comme une révolution juridique dans la cause homosexuelle, revirement de situation, voilà que ce sont les couples mixtes qui se l’approprient. Et pour cause, en 2008 le contrat valide l’union de 46% de couples hétérosexuels contre 6% de même sexe (INSEE). Il convient cependant de s’interroger sur cette nouvelle tendance. Qu’est ce qui attire dans le PACS et surtout, pourquoi le privilégier au mariage ?


Un léger recul du mariage

Même si le mariage atteste aujourd’hui d’une faible perte de vitesse (2 PACS pour 3 mariage selon l’INSEE), il n’en est pas pour autant remis en cause. Vestige solennel de l’union sacrée, flambeau incandescent d’Eros, les émules pérennisent son culte. « Pour nous, le PACS est un palier. Un passage vers la décision finale. Nous vivons ensemble, partageons un compte commun, mais si ça rate, chacun chez soi sans la moindre obligation ni contrainte » explique sereinement Damien, 24 ans, pacsé depuis plus d’un an. Un engagement donc modéré et contrôlé, puisque le pacte peut se dissoudre en quelques fractions de secondes, par le biais d’une déclaration mutuelle des deux parties.


PACS : un usage dérivé ?

En une décennie d’existence, le Pacte Civil de Solidarité a eu le temps d’être remanié, amélioré. N’en déplaise à ses prétendants, les avantages administratifs et fiscaux qu’il recèle offrent désormais de louables commodités. « Je suis agent des douanes. Depuis un moment, ma hiérarchie me taquinait sur ma future mutation. Rira bien qui rira le dernier, je n’ai pas attendu de leur en donner la possibilité, je me suis pacsée avec mon meilleur ami. Ce qui me garantit ma stabilité géographique » ironise Géraldine, 33 ans. Marc, le faux compagnon en question, ajoute : « Et tu oublies l’imposition commune à effet immédiat, moi c’est ça qui m’a décidé, c’est du donnant-donnant ! »

Aujourd’hui éminence grise, le PACS, grâce à sa fonctionnalité, pourrait bien dans les futures années commencer à inquiéter son comparse « mariage ». Entre alliance et contrat, les cœurs et comptes en banque balancent !


Emilie Gardes

ALLER PLUS LOIN :

Découvrez les dix bonnes raisons de ne pas se marier !

Réussir sa demande en mariage c'est facile grâce à Terrafemina !

Pourquoi est-ce si difficile pour un homme de s'engager ?