Handicap et emploi : les sanctions tombent

Handicap et emploi : les sanctions tombent
Handicap et emploi : les sanctions tombent
Depuis le 1er juillet les entreprises qui n'emploient aucune personne handicapée et qui n'ont engagé aucune action en faveur de l'emploi de ce public sont exposées à des sanctions financières.
A lire aussi

Depuis le 1er juillet les entreprises qui n'emploient aucune personne handicapée et qui n'ont engagé aucune action en faveur de l'emploi de ce public sont exposées à des sanctions financières.

Initialement, ces sanctions devaient entrer en vigueur au 1er janvier mais le gouvernement a accordé un délai de six mois aux employeurs. Ce délai écoulé, les mauvais élèves ne pourront cette fois-ci plus se défiler. Concrètement, toutes les entreprises de plus de 20 salariés qui n’emploient pas 6% de salariés handicapés devront s’acquitter d’une contribution financière : 13.000 euros par personne handicapée manquant à l'appel dans l'effectif de l'entreprise, devront être reversés à l’Agefiph (Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées). Pour l’instant, les objectifs de la loi de 2005 sont loin d’être atteints : selon le gouvernement, seules 40% des entreprises remplissaient fin 2009 leur obligation d'avoir 6% de travailleurs handicapés.  On attend la suite.

En savoir plus :

Lire :

Handicap et emploi : en route vers la réconciliation

Handicap et emploi : les bons élèves à l’étranger

L’ADAPT: « Vivre avec et comme les autres »

Voir :

Nathalie Bellity : sa victoire sur le handicap

Plus d'actu sur : Travail et handicap

Semaine pour l'Emploi des Personnes Handicapées : la situation en 5 chiffres
L'intégration des handicapés en entreprise s'améliore
Handicap et emploi : l'image s'améliore, mais l'embauche reste difficile