Diandra Forrest, premier mannequin albinos à devenir égérie

Diandra Forrest, premier mannequin albinos à devenir égérie
Diandra Forrest, premier mannequin albinos à devenir égérie
De sa différence, Diandra Forrest a fait une force. Ce splendide mannequin afro-américain de 27 ans crée l'événement en devenant la première femme albinos égérie d'une grande marque de beauté.
A lire aussi
Zachary Miko, le premier mannequin "plus size" masculin
News essentielles
Zachary Miko, le premier mannequin "plus size" masculin

"Tu es trop bizarre, tu ne seras jamais mannequin." Cette phrase, Diandra Forrest l'a entendue dans la bouche de son coach en mannequinat alors qu'elle avait 14, 15 ans. Aujourd'hui âgée de 27 ans, elle lui prouve à quel point il avait tort. La mannequin est devenue la première femme albinos au monde à devenir l'égérie d'une marque de beauté, comme le note le site de beauté Refinery29.


"Tellement enthousiaste de vous annoncer que je suis l'un des visages de la nouvelle campagne de
Wet & Wild"
, écrivait-elle sur son compte instagram, ce mercredi 11 octobre. Aux côtés de quatre autres femmes, elle rejoint la campagne Breaking Beauty qui célèbre les femmes dans toute leur diversité.

"Tellement enthousiaste de vous annoncer que je suis l'un des visages de la nouvelle campagne de Wet & Wild, Breaking Beauty. C'est toujours formidable d'être intégrée à une marque qui célèbre la diversité et qui est fière d'être inclusive vis-à-vis de tous! Merci à l'équipe de Wet & Wild et à Refinery29 pour leur article."

"Grandir en fréquentant une école publique m'a été très difficile, j'ai été beaucoup harcelée", témoigne-t-elle dans une vidéo publiée sur son compte Instagram. Sa mère, mannequin, la place dans un nouvel établissement, où elle découvre l'athlétisme.

"Quand j'ai gagné ma première course, tout le monde était tellement heureux et fier de moi, c'était juste merveilleux", continue-t-elle. "Je me sentais confiante, belle, j'étais heureuse qu'il y ait des gens qui m'aiment pour qui je suis."

"Quand j'ai gagné ma première course, tout le monde était tellement heureux et fier de moi, c'était juste merveilleux", continue-t-elle. "Je me sentais confiante, belle, j'étais heureuse qu'il y ait des gens qui m'aiment pour qui je suis."

A 18 ans, elle devient finalement mannequin. "Je n'étais pas à 100% à l'aise avec mon albinisme", racontait-elle au mois de mars au site Glamour. Elle a cependant des objectifs bien précis en tête. "Je voulais normaliser la façon dont l'albinisme était représenté", témoigne-t-elle auprès de Refinery29. "Je voulais le faire pour moi, et pour toutes les filles qui grandissent."

Un défi d'autant plus fort que les maquillages sont très peu souvent adaptés aux teintes de celles atteintes d'albinisme. "La nuance est ou trop foncée, ou trop claire" à chaque fois, témoigne Diandra Forrest.

Ça peut être dur pour certains d'entendre la réalité derrière une industrie largement adorée, mais le manque de diversité, l'objectification, la pression à faire des compromis avec qui vous êtes, les problèmes de paiements sont très réels. Nous avons parcouru du chemin, mais nous pouvons aller plus loin, et briser le silence pousse au changement!

Quand j'ai commencé le mannequinat, il n'y avait qu'une place pour une femme noire dans un défilé de la fashion week. Maintenant, il y a environ deux places pour les filles noires, dans un défilé avec 50 mannequins. Dans certains, il n'y en en a même pas du tout.

J'ai le sentiment qu'ils ne voient même pas les filles noires pendant les castings. En particulier quand j'étais à Paris, je parlais aux autres mannequins et j'avais environ 13 ou 20 castings, les filles blanches en avaient presque 40."

"J'ai toujours voulu prendre part à une campagne de beauté, notamment pour une marque qui célébrerait la diversité et la singularité", poursuit-elle. Un souhait qu'elle réalise pour cette marque, aux côtés d'autres femmes aux parcours singuliers.

Lire la suite sur le HuffPost