Harcèlement scolaire : cette femme apprend aux enfants à se défendre

Lutter contre le harcèlement scolaire... grâce à la répartie ? Interview d'Emmanuelle Piquet
Lutter contre le harcèlement scolaire... grâce à la répartie ? Interview d'Emmanuelle Piquet
En France, 700 600 élèves sont victimes de harcèlement, de l'école au lycée, selon les chiffres du gouvernement. Pour contrer ce phénomène, Emmanuelle Piquet apprend aux enfants à riposter : zoom sur une psychologue à part qui s'appuie sur les mots pour en finir avec le harcèlement scolaire.
A lire aussi
Il accuse Cyril Hanouna d'encourager le harcèlement scolaire : son coup de gueule fait le buzz
News essentielles
Il accuse Cyril Hanouna d'encourager le harcèlement...

Le drame des enfants, c'est que les adultes les assomment de "Moi quand j'avais ton âge... " sans jamais s'en souvenir véritablement. Sans quoi, ils se rappelleraient que la cour de récréation est une jungle impitoyable, régie par des codes très précis, où chacun doit trouver pouvoir et popularité pour survivre. Ils se souviendraient aussi que les enfants qui vont se réfugier dans les jupes de leurs mères sont des lâches, que ceux qui rapportent sont des traîtres, et que la seule manière de régler un problème entre les murs d'une école est de le régler entre enfants.

Et c'est exactement ce que propose Emmanuelle Piquet, psychopraticienne spécialisée dans le harcèlement scolaire. Pour elle, il faut remettre l'enfant au coeur du problème. C'est pourquoi, depuis la création du Centre Chagrin Scolaire, Emmanuelle Piquet n'a eu de cesse, avec son équipe, d'apprendre aux plus jeunes à sortir les griffes. Et pour se défendre face au harcèlement, elle leur apprend à riposter... avec des mots. Sa méthode est à son image : énergique, efficace et simple. Interviewée par Terrafemina, elle nous livre sa vision, aussi novatrice que pointue, sur le harcèlement scolaire, tout en nous offrant une approche concrète pour en finir avec ce phénomène qui gangrène les écoles.

Emmanuelle Piquet parle de sa méthode face au harcèlement scolaire à la conférence TedxParis (2013)

Terrafemina : Vous abordez le harcèlement scolaire d'une manière totalement nouvelle. D'où est venu ce besoin de formuler une nouvelle réponse face à ce phénomène ?

Emmanuelle Piquet : Je me suis rendue compte très rapidement que la souffrance dans la cour d'école était un problème très récurrent. Je voyais défiler dans mon cabinet des enfants qui se mettaient à faire de violentes crises d'angoisse, qui somatisaient, qui avaient des maux de ventre, des insomnies, des crises d'énurésie (fuite d'urine involontaire chez un enfant de plus de 5 ans) ou qui étaient en plein décrochage scolaire à cause d'harcèlements. Et ils ne parvenaient pas à en parler à leurs parents, par peur de leur réaction et/ou de leur intervention. Ils m'expliquaient tout ça, et je me disais que c'était vraiment dommage qu'on ait pas de vraies solutions à leur proposer à eux, en tant qu'acteurs dans cette démarche. Formée à l'école Palo Alto, qui est très concrète et offre une approche pragmatique des problèmes relationnels, j'en suis venue à modéliser des stratégies pour les aider à s'en sortir.

Quelle est donc cette doctrine de l'école Palo Alto, que vous appliquez au centre Chagrin Scolaire et face aux cas de harcèlements scolaires ?

E.P : En fait, la théorie de l'école Palo Alto repose sur un principe simple : c'est ce que nous tentons de mettre en place pour résoudre un problème qui l'aggrave. C'est comme mettre des bûches sur un feu pour l'éteindre ! Du coup, le but est de donner aux patients des "prescriptions comportementales" très pratiques afin de les aider à se sortir d'une situation problématique sans l'empirer.

Dans le cas du harcèlement scolaire, en quoi consiste donc ces prescriptions comportementales ?

E.P : Beaucoup trop fréquemment, ce qui est mis en place dans les cas de harcèlements scolaires, c'est de sortir complètement l'enfant de l'affaire, de le mettre sur le banc de touche et de s'en occuper à sa place. Les parents interviennent, les professeurs interviennent, les infirmières scolaires interviennent... Ils vont dire au harceleur d'arrêter "d'être méchant", éventuellement le punir ou le menacer, mais ça ne marche pas. Lui, tout ce qu'il voit, c'est qu'il arrive à mobiliser et à faire enrager des adultes : c'est une grande fierté pour les gamins de leur âge ! Et en plus, cette mobilisation est un aveu indirect de la faiblesse de la proie qu'il s'est choisi : ça ne lui donne que davantage de raisons de continuer...

Face à ce constat, je me suis dit "Vu que ça, ça ne marche pas, c'est quoi l'inverse ?". Et c'est de mettre l'enfant harcelé au coeur du processus, d'en faire un acteur. Les prescriptions comportementales qu'on lui fournira lors des séances ont pour but de l'aider à agir.

Comment lui apprenez-vous à agir ? En lui apprenant à répliquer ?

E.P : C'est exactement ça. On leur conçoit des flèches, c'est-à-dire des répliques, des petites phrases choc qui vont les aider à inverser le rapport de domination, parce que c'est ça, le fondement du harcèlement : un enfant qui prend le pouvoir en en dominant un autre. Il faut inverser ce rapport de forces, et les flèches sont là pour ça.

D'où sortent ces réparties, ces "flèches"? Vous les inventez ?

E.P : Oui, nous n'avons pas de flèches toutes prêtes, nous les trouvons et les adaptons à chaque situation. Je crois d'ailleurs que je n'ai jamais utilisé deux fois une même flèche ! Il faut qu'elle prenne en compte le contexte, les spécificités du harcelé et du harceleur pour qu'elles soient efficaces. C'est pour cela que nous travaillons en équipe, lors de séances collectives : on fait tous marcher nos cerveaux pour créer la flèche la mieux adaptée, et donc la plus efficace possible dans une situation donnée.

Comment sortez-vous un enfant du harcèlement scolaire ? Quelles sont les étapes de la thérapie ?

E.P : L'école Palo Alto utilise la thérapie brève, c'est-à-dire qu'on règle le problème en 3-4 séances en moyenne. Lors de la première séance, on va chercher à mieux appréhender les spécificités du cas en demandant à l'enfant de décrire le plus précisément possible les situations qu'il a à affronter. On le pousse à aller chercher des éléments, à prendre du recul pour pouvoir nous raconter ce qui se passe. Ça aide l'enfant à dépasser l'état de repli sur soi qu'il a adopté pour se protéger, mais surtout, ça nous donne des informations importantes pour fabriquer des flèches efficaces.

On s'en occupe lors de la deuxième séance : on propose plusieurs flèches à l'enfant qu'on pense pouvoir marcher, et on lui demande de choisir celles qu'il préfère et qu'il arriverait à utiliser. Durant la 3ème séance et 4ème séance, on débriefe pour s'assurer de l'efficacité des flèches, et on vérifie que l'enfant a bien intégré le mécanisme de défense et ne retombera pas dans la soumission muette dès qu'il aura tourné les talons !

Qu'en est-il du cyber-harcèlement ? Le traitez-vous aussi en développant des réparties adaptées ?

E.P : Oui, tout à fait. Le mécanisme du problème, et donc son traitement, restent les mêmes, c'est le milieu qui change, si je puis dire. Et ce qui est assez intéressant avec les réseaux sociaux et autres technologies, c'est qu'autant ce sont des outils de harcèlement redoutables, parce que c'est H24 et qu'à l'abri derrière son écran, on ose plus, autant ils permettent de formuler des flèches plus facilement et efficacement.

Par contre, il ne faut pas oublier que le cyber-harcèlement n'est toujours que le prolongement d'un harcèlement entre les murs de l'école : il faut donc y répondre en deux temps, avec une flèche numérique et une flèche verbale pour la cour de récré.

Etant mère de quatre enfants, que préconisez-vous aux parents de faire, puisqu'ils ne peuvent pas agir à proprement parler, face à la détresse de leurs enfants ?

E.P : Ils peuvent agir, mais pas à la place de l'enfant. C'est très difficile, honnêtement, ça donne envie de les tuer tous, on se transforme en maman lionne... Mais il faut penser au bien-être de votre enfant et lui apprendre à se défendre. En fait, c'est vraiment pour aider les parents que j'ai écrit Te laisse pas faire !. C'est un petit guide de conseils qui s'adresse directement aux parents et les aide à trouver avec leurs enfants des flèches efficaces. Certains parents viennent au centre pour valider leurs flèches avant d'en faire part à leurs enfants, et généralement, elles sont très bien !

Donner des "flèches" aux enfants, cela revient en fait à leur apprendre la répartie. Vous ne pensez pas que parfois, ça risque d'envenimer les choses en faisant le jeu de l'agresseur ?

E.P : Je crois l'inverse, je pense que c'est parce que l'enfant ne fait rien que la situation s'aggrave, parce qu'il ne pose pas de limites. Ça fonctionne exactement pareil que dans les cas de violences conjugales : plus un mari bat sa femme, plus elle est soumise, et plus elle est soumise, plus il la bat. Il y a une escalade dans la violence lorsque le rapport de domination s'accentue, en poussant l'agressé de plus en plus vers le bas. C'est comme ça qu'on va vers des conséquences dramatiques. Pour moi, il faut agir avant de laisser le temps au rapport de force de se creuser. L'inaction n'arrête rien : elle incite. Et pourtant, le conseil le plus donné aux enfants dans ce genre de cas est "Ignore-les", "Ne fais pas attention à eux", ou "Réponds pas, ça sert à rien". Et ça, c'est catastrophique !

Qu'est-ce qui fait qu'un enfant devient victime ou harceleur ?

E.P : Tout enfant, quel qu'il soit, peut avoir un moment de vulnérabilité. Ça peut être qu'il grandit et se sent mal dans sa peau, parce qu'il s'est disputé avec ses copains, parce que son chat est mort, ou toutes sortes de situations variables. Vulnérable, dans notre jargon, ça signifie que l'enfant est fragile et repérable, à la manière d'un lapin tétanisé pour un oiseau de proie.

Et certains enfants ou adolescents ont un radar hypersensible pour détecter la vulnérabilité. Ce ne sont pas des monstres ou des tyrans, mais simplement des jeunes, qui comme tous les enfants du monde aujourd'hui, n'ont qu'une crainte : se retrouver assis tout seul sur un banc à faire semblant d'envoyer des SMS. Et cette injonction à la sociabilité est devenue encore plus forte avec le développement des réseaux sociaux ! Ces enfants-là deviennent harceleurs pour ne pas être seuls : terroriser les autres, c'est aussi une manière de ne pas être le "cassos" qui mange seul à la cantine le midi. Si en plus vous êtes un minimum drôle, bingo : vous avez du pouvoir ! Ça peut arriver à absolument n'importe quel enfant d'être harcelé ou d'harceler.

Terrafemina : Et pensez-vous que l'usage de flèches peut suffire à aider un enfant sur le long terme à ne plus être vulnérable, à se sortir de son rôle de victime ?

E.P : Je crois que oui. Les enfants harcelés arrivent chez nous avec une seule conviction : ils seront toujours faibles. On leur montre avec les flèches que non. Le fait que face à un agresseur, il arrive à renverser la situation et à se sortir seul de sa position de victime, change sa manière de penser. Ça leur apprend quelque chose qui dépasse la simple résolution du cas de harcèlement et qui les aidera tout au long de leurs vies : j'arrêterai d'être faible si j'agis, j'ai la force de transformer une situation et de me protéger. Concevoir des flèches pour inverser des rapports de force, c'est un apprentissage plus global, qui pourra les aider à se protéger tout au long de leurs vies.

Merci à Emmanuelle Piquet, psychologue spécialiste du harcèlement scolaire, fondatrice du Centre Chagrin Scolaire qui traite des violences à l'école (consultations et formations) et auteur de Te laisse pas faire ! Aider son enfant face au harcèlement à l'école (2014), Faites votre 180° (2015), et Je me défends du harcèlement (2016).