Le selfie, cause de l'augmentation des opérations de chirurgie esthétique ?

Le selfie, cause de l'augmentation des opérations de chirurgie esthétique ?
Le selfie, cause de l'augmentation des opérations de chirurgie esthétique ?
En seulement quelques années, le selfie est devenu incontournable. Une nouvelle manière de se prendre en photo qui commence à faire tilter certains spécialistes de la médecine esthétique, persuadés qu'il existe un rapport entre ce phénomène et l'augmentation du nombre d'interventions. Explications.
A lire aussi
Les petits tétons, la nouvelle obsession de la chirurgie esthétique
News essentielles
Les petits tétons, la nouvelle obsession de la chirurgie...

D'abord moqués, puis décriés, les selfies font désormais partie de notre vie quotidienne. Et même quand on n'est pas adepte du geste, il est presque impossible de passer à côté du phénomène. Si certains n'hésitent pas affirmer que les selfies seraient très bon pour l'ego, d'autres en revanche, commencent à s'inquiéter de la tournure des événements. Interrogés par une journaliste du Dailymail, des spécialistes de la médecine esthétique commencent à faire le parallèle entre prise de selfie et augmentation du nombre d'interventions.

Entre 2014 et 2015, le nombre d'actes esthétiques chirurgicaux et non chirurgicaux a grimpé d'environ 20% aux États-Unis selon une étude réalisée par the American Society for Aesthetic Surgery.

Pour Dara Liotta, chirurgien esthétique spécialiste du visage à New-York, il ne fait en tout cas aucun doute que la photographie égocentrée fait partie intégrante du problème. Il cite ainsi le selfie, mais aussi tous les réseaux sociaux dont le principal intérêt repose sur l'image :

"De nombreuses plateformes sociales comme Instagram ou Snapchat sont uniquement basées sur l'image. Et notre présence quasi-permanente sur ces sites nous force à contempler notre visage de manière répétitive avec un jugement de plus en plus critique. Avant, les gens jetaient un oeil dans le miroir quand ils en avaient l'occasion, mais aujourd'hui, ils sont obligés de regarder leurs selfies, ceux des autres et de les comparer en permanence".

Résultat des courses : des patients toujours plus jeunes se rendent à son cabinet pour demander quelques "retouches". Si les adolescentes n'en sont pas encore à demander des rhinoplasties ou tout autre intervention d'ampleur, elles envisageraient pourtant déjà de modifier quelques petites choses par-ci par-là.

Une image déformée de la réalité

Mais le fait d'être confronté à son image et à celle des autres de manière incessante, ne serait pas la seule cause du problème. Habitués à nous contempler dans une glace, normalement fidèle à la réalité, nous devons désormais composer avec une image déformée.

Et oui, vous vous en êtes surement aperçu, lorsque vous prenez un selfie et donc un cliché d'aussi près, il y a comme un petit effet "fish-eye" qui se produit (une sorte d'objectif grand angle, qui détient le malheureux pouvoir d'arrondir l'image et de grossir les traits du visage).

Le docteur Liotta précise :

"Les selfies exagèrent certains traits comme le nez par exemple. La partie de votre visage qui se trouve le plus près de l'appareil paraitra forcément plus large en comparaison de photos traditionnelles où la distance est beaucoup plus équilibrée. Certaines personnes décrivent même ça comme l'effet fish-eye des lentilles de smartphones".

L'image n'est donc pas fidèle à la réalité et malgré les nombreux filtres à leur disposition, certains, ont du mal à y trouver leur compte. Interrogé sur le sujet, le dermatologue de la starlette Kim Kardashian, le Dr. Lancer, témoigne :

"Je reçois de jeunes garçons de 12 ans pour leur prescrire des traitements contre l'acné et ils me disent qu'ils veulent commencer les produits anti-âge. Quand je leur demande pourquoi, ils m'expliquent que leurs copines leur ont dit qu'ils avaient l'air moches sur Snapchat".

Heureusement, les médecins arrivent à leur faire entendre raison la majeure partie du temps. Au-delà de la prise de conscience, le docteur Liotta leur conseille de faire appel à des moyens plus adaptés comme le maquillage par exemple :

"Aujourd'hui, la toile est pleine de tutoriels de maquillage pour apprendre à redessiner son visage".

Et ce qui est bien avec cette technique, c'est qu'en cas d'erreur fatale, ça ne reste pas gravé à vie sur votre visage...

À voir
Aussi