Un bébé au parlement espagnol devient le symbole de l'équilibre vie pro-vie perso

En Espagne, un bébé au parlement devient le symbole de l'équilibre vie pro-vie perso
En Espagne, un bébé au parlement devient le symbole de l'équilibre vie pro-vie perso
Mercredi 13 janvier, alors que se tenait l'élection du président du Congrès, les députés se sont fait voler la vedette par Diego, 6 mois. Pour sa mère, la députée de Podemos Carolina Bescansa, c'était un moyen de dénoncer les difficultés des femmes à concilier carrière et famille. Mais sa démarche a suscité de vives critiques.
A lire aussi
Le post Facebook de cette future maman a sauvé la vie de son bébé
News essentielles
Le post Facebook de cette future maman a sauvé la vie de...

Diego, 6 mois, n'est peut-être pas encore député, mais il peut déjà se targuer d'avoir recueilli une voix lors de l'élection du nouveau bureau du Congrès espagnol qui se déroulait à Madrid mercredi 13 janvier. Le bébé a fait sensation lorsqu'il est apparu dans les bras de sa mère, la députée de Podemos, Carolina Bescansa.

Souriante et à l'aise, la jeune maman s'est promenée dans l'hémicycle avant, selon El Mundo, de l'allaiter "quelques minutes avant de se présenter (sans succès) comme candidate à la présidence du Congrès."

"Ce n'est pas la première fois qu'elle se rend à une représentation publique de son parti avec son fils ni la première fois qu'elle va avec au Congrès, observe le quotidien de centre droit. La semaine dernière, elle s'y est rendue pour la première fois, accompagnée de son bébé."
La séance a pris une tournure encore plus distrayante lorsqu'au dépouillement des voix, il s'est avéré qu'un(e) député(e) de l'hémicycle avait porté sa voix sur "le bébé de Bescansa".

Des députés dénoncent l'"instrumentalisation politique" d'un nourrisson

L'initiative de Carolina Bescansa a semble-t-il fait sourire dans les rangs de Podemos, mais certains députés et membres du gouvernement ont déclaré l'avoir peu appréciée. Le ministre de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz a ainsi qualifié sa démarche de "lamentable", tandis que le député Carme Chacon l'a jugée "franchement inutile".

Accusant Carolina Bescansa d'instrumentaliser son enfant à des fins politiques, les députés n'ont pas manqué de lui rappeler qu'une crèche existe dans l'enceinte du Congrès depuis 2006 et qu'elle aurait aisément pu y déposer son enfant avant l'ouverture de la séance.

Se disant "étonnée" par la polémique qu'elle a suscitée, Carolina Bascansa a déclaré au micro de l'édition espagnole de 20 Minutes avoir simplement voulu "montrer, dans nos institutions, ce qu'il se passe dans la rue et faire en sorte que ce Parlement ressemble à notre pays." Et notamment de mettre en lumière le sort des working mums pour qui l'équilibre entre vie familiale et vie professionnelle est parfois difficile à tenir. "La majorité des mères dans notre pays n'ont pas la possibilité d'élever leurs enfants et de les amener à leur travail. [...] C'est très surprenant que le fait qu'une mère se rende à son travail avec son jeune bébé fasse les gros titres. [...] Il est temps que l'on voie dans les institutions ce qu'il y a dans la vie de tous les jours, je crois qu'il est temps que notre Chambre ressemble plus à notre pays."

Elle a par ailleurs indiqué qu'elle avait bien pris connaissance de l'existence de la crèche mise à disposition des députés, mais qu'elle devait toujours "l'allaiter, puisqu'il ne se nourrit pas au biberon".

L'équilibre vie pro-vie perso au coeur de la polémique

Si l'initiative de Carolina Bascansa a eu pour effet positif de placer au coeur du débat politique la question de la conciliation entre carrière et famille que connaissent nombre de femmes, la députée ne s'est pas pour autant attirée le soutien des féministes. Selon le site Les Nouvelles News, ces dernières ont déploré que le geste de la députée envoie aux femmes le signal que c'est à elles de s'occuper des enfants.

Des internautes ont, eux, salué sa démarche.

"La moitié de l'Espagne parle de comment concilier travail/famille mais le geste n'a servi à rien... ouais."