Travail : les hommes sont plus commères que les femmes

Travail : les hommes sont plus commères que les femmes
Travail : les hommes sont plus commères que les femmes
L’archétype de la commère de l’open space n’est pas une secrétaire pipelette, mais un employé cravaté du marketing ou des ressources humaines. Une étude dévoile le profil des collaborateurs les plus enclins à dévoiler des informations confidentielles sur l’entreprise ou des indiscrétions sur leurs collègues. Résultats.
A lire aussi
Une semaine de sensibilisation à l'égalité entre hommes et femmes au travail
emploi
Une semaine de sensibilisation à l'égalité entre hommes...


Qui sont les taupes de l’entreprise ? Les collaborateurs responsables des fuites d’information ou des rumeurs persistantes sur un tel ne sont pas forcément ceux qu’on croit. Une étude menée par l’institut Opinion Matters pour le compte d’Iron Mountain, cabinet spécialisé dans la gestion de l’information en entreprise auprès de plus de 5000 adultes dans 5 pays européens, révèle que 35% des employés de bureau en Europe échangent régulièrement des informations confidentielles sur l’entreprise entre collègues. Un quart avouent échanger des indiscrétions concernant d’autres collègues

Mais où se planquent-ils ?

Dans une société, les bavards se trouveraient principalement au service marketing : 48% reconnaissent avoir partagé des informations confidentielles sur leur société, et 33% divulguent des informations d’ordre privé sur leurs collègues. Viennent ensuite les employés des ressources humaines (43% échangent des infos sur la société, 38% sur leurs collaborateurs). Les plus discrets (ou les moins honnêtes de cette enquête) seraient finalement les assistants personnels et les équipes commerciales.

La commère type est un homme

Plus intéressant encore, contrairement aux idées reçues les plus pipelettes ne sont pas les femmes : seulement 23,4% des femmes du panel partagent des informations confidentielles sur leur boîte avec des collègues, contre 32,9% des hommes. Entre elles, les femmes actives ne sont même pas plus indiscrètes que leurs collaborateurs masculins : 15,7% des femmes reconnaissent être adeptes de commérages sur leurs collègues, contre 21,4% des hommes. Un tuyau pour la route : si vous recherchez les perles de la discrétion pour vous épancher sur l’incompétence de Babette, allez faire un tour au service juridique, où le silence est d’or.

Voir aussi
Les animaux au travail : une tendance au poil
Les trois secrets de vos collègues les plus performants
Ces (petits) mensonges des métiers

À voir
Aussi