Etam : le défilé culotté fâche le musée d'Orsay - Vidéo

Etam : le défilé culotté fâche le musée d'Orsay - Vidéo
Etam : le défilé culotté fâche le musée d'Orsay - Vidéo
Dans cette photo : Gisele Bündchen
Le musée d'Orsay envisage de porter plainte contre la marque de lingerie Etam pour le défilé sauvage réalisé le 15 décembre dernier par des filles dénudées dans les couloirs de ce haut lieu de la culture.
A lire aussi


Le happening n’est pas du goût de tout le monde. Etam voulait reprendre à son compte ce filon pub efficace et bon marché (le clip musical Baby Baby Baby a fait date) en envoyant trois mannequins défiler en soutien-gorge et petite culotte dans les couloirs du musée d’Orsay, le 15 décembre dernier. Bien mal lui en a pris ! Suivies par une caméra cachée non autorisée, les jeunes femmes ont soudant fait tomber leur trench coloré à la plus grande surprise des visiteurs arrachés à leurs rêveries picturales. A la recherche d’un buzz pour promouvoir son prochain défilé du 24 janvier, la marque de lingerie a posté la vidéo sur la toile et provoqué la colère du musée d’Orsay.

La poursuite judiciaire, voilà ce qui attend peut-être la marque de lingerie. Le service juridique d’Orsay pourrait envisager de porter plainte. Pour l’heure, le président du musée Guy Cogeval, compte adresser une lettre au PDG d’Etam afin que ce dernier supprime du site officiel de la marque le lien vers la vidéo, et procède à son retrait de tous les supports où elle est publiée. Un travail fastidieux, tant ces petites vidéos se diffusent à une vitesse virale sur le net.

Si le musée réagit ainsi, c’est parce que l’exploitation non autorisée des lieux ternit son image. Certains blogueurs y ont vu un partenariat juteux inapproprié. « Si l’implication du musée d’Orsay est confirmée ici, côté voracité et prêt-à-tout pour engranger des recettes, là, il est allé très loin, comme jamais aucun musée n’aura osé le faire », s’exclame le site louvrepourtous.fr. Amélie Hardivillier, directrice de la communication du Musée d’Orsay, a pris soin de déclarer au site Next.Libération qu’elle est « aussi responsable des tournages, et un tel scénario n’aurait jamais pu être accepté, c’est inimaginable ». Les jeunes filles en fleurs magnifiées par les impressionnistes ne seront pas dérangées de sitôt !

Voir la vidéo Etam

Elodie Vergelati

VOIR AUSSI

Comment faire aimer l'art à vos enfants ?
Gisele Bündchen : sa pub jugée trop sexiste est censurée

comments powered by Disqus