Laure de Sagazan : la créatrice de robes de mariée nous ouvre son atelier

Laure de Sagazan : la créatrice de robes de mariée nous ouvre son atelier
Laure de Sagazan : la créatrice de robes de mariée nous ouvre son atelier
Ses robes romantiques et faussement désinvoltes, brodées et tissées dans la plus pure tradition française, font se pâmer toutes les futures mariées. Rencontre avec Laure de Sagazan, reine du crêpe de soie et de la dentelle de Calais.
A lire aussi


Elle n'avait " pas de passion particulière pour les robes de mariée ", elle est pourtant devenue en trois ans l'icône des brides to be tant elle a révolutionné – comme une petite poignée d'autres – la silhouette de la mariée. Hasard ? Pas du tout. Laure de Sagazan a un pedigree, l'oeil sur-aiguisé et la manie des détails. Sa marque de fabrique : des créations fluides, modernes mais travaillées avec la minutie des couturières à l'ancienne et réalisées dans des matières exceptionnelles (véritable dentelle de Calais et crêpe de soie en tête).

Laure de Sagazan

Laure de Sagazan

" J'ai des parents qui sont fans d'antiquités et de brocantes, j'ai toujours baigné dans cette ambiance-là. À l'école, mes tabliers étaient des vieux tabliers début de siècle qu'on avait trouvés dans une brocante, j'étais trop fière. Très longs, un peu travaillés... Ça avait un côté ultra désuet qui me plaisait. J'ai toujours bien aimé ces vieux linges ", nous explique la créatrice.

Laure de Sagazan

Plus tard, styliste chez Ba&Sh, elle fait sa première robe de mariée pour sa cousine Mathilde (désormais son associée). Quelques années plus tard, son atelier-showroom de la rue du Faubourg Poissonnière ne désemplit pas. " 9 ou 10 rendez-vous par jour, c'est la pleine saison qui dure jusqu'à février-mars. Après on est dans la confection des robes, explique Laure de Sagazan, on ne s'attendait pas à ce que le succès arrive si vite, on était une toute petite équipe. "

Laure de Sagazan - le showroom

Laure de Sagazan a désormais une place de choix dans le monde du mariage, attire les plagiaires et ne cache pas une pointe d'agacement : " On n'a rien inventé mais une nouvelle créatrice sort tous les mois et utilise les mêmes codes crêpe de soie / dentelle de Calais ! ".

Tout le monde la copie, qu'importe, elle a une vraie sensibilité avec les tissus, aime voir les fournisseurs tous les six mois, examiner les dessins... et trouver l'étoffe alternative, tout aussi fine et élégante, dans laquelle on taillera les robes de la saison prochaine : " Un incroyable organza brodé, des macramés de coton, des macramés de laine ", détaille la créatrice. Bref, Laure de Sagazan aura toujours une longueur d'avance pour ne pas se retrouver avec le même produit que tout le monde.

Au 102, rue du Faubourg Poissonnière

Dans le showroom où les futures mariées sont reçues, les quatre collections de la créatrice sont exposées. " On peut flasher sur une jupe 2015 et la porter avec un top 2013, la cohérence est là ", assure Laure de Sagazan.

Laure de Sagazan

À l'étage : l'atelier où les couturières s'affairent et le bureau de la créatrice. Dans un coin : un portant avec des pièces qu'elle a chinées parce qu'un détail l'a inspirée. Car Laure de Sagazan est une chineuse invétérée : " Je suis tout près de la salle des ventes Drouot donc j'y passe assez souvent. Après, les brocantes et Emmaüs ! On peut faire des belles trouvailles, j'ai parfois trouvé des choses hyper intéressantes. " Et la créatrice de détailler : " Dans les friperies, on peut trouver des vêtements qui sont ultra-cheap, d'un goût douteux, 100% polyester, c'est luisant à souhaits mais il y a vraiment quelque chose dans l'allure qu'on peut exploiter ".



Laure de Sagazan - l'atelier


Laure de Sagazan - l'atelier

Ses autres sources d'inspiration : " Je passe pas mal de temps sur Internet, à flâner sur Pinterest, à voir des vieilles images, dans des vieux bouquins de mode ". Est-ce qu'elle a vraiment pioché quelques idées dans Donwton Abbey comme elle l'expliquait dans Vogue l'année dernière ? Oui ! " Ces tenues et cette ambiance campagne anglaise me plaisaient pas mal. J'aime bien tous ces films à l'anglaise. Orgueils et préjugés... " Mais le film de mon enfance, c'est Peau d'âne. Petite, j'étais assez subjuguée par tous ces costumes. J'adore ces robes à l'ancienne, ça m'a toujours parlé. "

Laure de Sagazan : " Le coeur du métier, c'est le sur-mesure "

Depuis septembre 2013, quelques points de vente triés sur le volet vendent du Laure de Sagazan en semi-mesure pour répondre à la demande phénoménale. " Fin février, le carnet de commandes est plein ", explique Laure de Sagazan. Les mariées de dernière minute pourront maintenant trouver leur robe en semi-mesure au Printemps Haussmann ou dans les showrooms Olympe à Montpellier et à Lyon, mais le coeur du métier reste le sur-mesure. " Si une mariée flashe sur le devant d'une robe, le dos d'un autre et qu'elles veut ajouter des manches, c'est possible. C'est un luxe que les modèles ne soient pas figés, qu'une fille puisse laisser libre cours à son imagination et à ses goûts pour faire le modèle qui lui convient le mieux ", se réjouit la créatrice.

Laure de Sagazan - l'atelier

La grande spécialité de Laure de Sagazan, c'est aussi les ensembles top/jupe. " Il y a un côté un peu tristounet, une fois la robe portée, il y a un peu de fétichisme en plus, on la laisse mourir au grenier, on n'y touche plus ", analyse Laure de Sagazan. " Les tops, ils sont hyper beaux portés avec des jeans, des baskets... Souvent la jupe a un peu trinqué le jour du mariage, surtout si elle a une traîne. On a plusieurs clientes qui nous ont demandé de les raccourcir longueur cheville. Comme on ne fait pas de matières brillantes, ça ne fait pas du tout ostentatoire donc avec des spartiates l'été avec un tee-shirt ou un débardeur gris c'était hyper joli. "

Laure de Sagazan - accessoires

D'ailleurs Laure de Sagazan sait de quoi elle parle, elle s'est mariée récemment, et en Laure de Sagazan bien sûr. " J'ai pu tester le produit donc maintenant j'en parle en connaissance de cause et je peux certifier qu'on est très bien dedans, qu'on l'oublie... et qu'on le reporte. "

Laure de Sagazan


Crédits photos : Shehan Hanwellage