"Vous aurez mon vote si" : interpellons les candidats pour les droits des femmes !

Vous aurez mon vote si : interpellons les candidats pour les droits des femmes
Vous aurez mon vote si : interpellons les candidats pour les droits des femmes
Des plaignantes dans l'affaire Denis Baupin ont lancé vousaurezmonvotesi.org, un site qui propose aux internautes d'interpeller les candidats à l'élection présidentielle. Objectif : mettre la lutte contre les inégalités et les violences faites aux femmes au coeur du débat politique.
A lire aussi
Droits des femmes : les candidats à la présidentielle sur le grill des féministes
feminisme
Droits des femmes : les candidats à la présidentielle sur...

À 27 jours du premier tour de l'élection présidentielle, c'est à se demander si un sujet primordial pour 52% de la population française n'a pas été totalement oublié du débat politique : les droits des femmes.

Si certains candidats, à l'image d'Emmanuel Macron, de Jean-Luc Mélenchon ou de Benoît Hamon, ont fait de la lutte contre les inégalités femme-homme et de la parité professionnelle des points-clés de leur programme, pas un mot en revanche dans le débat public sur ces problématiques. Lundi 20 mars, ils étaient même totalement absents du Grand débat auquel ont participé pendant près de trois heures les cinq principaux candidats à l'élection présidentielle.

Il y a pourtant urgence à placer les droits des femmes au coeur du débat politique. Alors que les femmes continuent encore aujourd'hui à gagner en moyenne 22,8% de moins que les hommes, qu'elles ne représentent que 27% des députés et qu'une femme décède tous les trois jours sous les coups de son compagnon, le site vousaurezmonvotesi se propose de replacer les droits des femmes au coeur de la campagne présidentielle.

Lancé mercredi 22 mars par Annie Lahmer, Elen Debost, Isabelle Attard et Sandrine Rousseau, quatre des plaignantes dans l'affaire Denis Baupin (le député écologiste était accusé d'agressions et de harcèlement sexuels par huit femmes, mais l'affaire a été classée sans suite "pour prescription" début mars), le site "Vous aurez mon vote si" a un objectif : interpeller les candidats pour faire de la lutte contre les violences faites aux femmes et les inégalités des sujets de débat à part entière de la campagne présidentielle. Il s'agit aussi de les inciter à émettre des propositions concrètes et applicables pour mieux défendre les droits des femmes.

Parité dans les médias et en politique, égalité salariale, lutte contre les stéréotypes et les violences sexuelles : sur le site vousaurezmonvotesi, chacune et chacun a la possibilité de télécharger des étiquettes à adresser ensuite sur Twitter aux candidats à l'élection présidentielle au moyen du hashtag #MonVoteSi.

.
.
.
.
.

"J'espère que nous serons des millions à envoyer des messagers pour interpeller nos candidats, pour les obliger à réagir, à se positionner. À dire 'Si j'étais président de la République, voilà ce que je ferais pour que l'égalité salariale ne soit plus une utopie dans quelques années'", a déclaré la députée Isabelle Attard sur les ondes de France Info.

En mai dernier, elle et sept autres membres ou ex-membres du parti Europe Écologie Les Verts ont accusé publiquement le député de Paris Denis Baupin de harcèlement et d'agressions sexuelles répétées. Le 10 mai 2016, le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire à l'encontre de l'ex-député EELV. Le 6 mars 2017, il a toutefois classé l'affaire sans suite pour "prescription", même si certains faits étaient "susceptibles d'être qualifiés pénalement".

Face au silence assourdissant de certains politiques face à cette décision de justice, il n'est pas surprenant que, parmi les étiquettes proposées sur vousaurezmonvotesi.org, une propose d'apostropher les candidats afin qu'ils "réagissent publiquement et avec fermeté lorsque la 'Nouvelle Affaire Quelqu'un' éclatera".

En attendant, dans un entretien accordé au JDD, Denis Baupin a annoncé son intention de porter plainte contre Europe Ecologie-Les Verts et contre les huit femmes qui l'accusaient de harcèlement sexuel.

Les dossiers
À voir
Aussi