Ces aides-soignantes font des doigts d'honneur à des nouveaux-nés et créent le scandale

Ces infirmirères font des doigts d'honneur à des nouveaux-nés et créent le scandale
Ces infirmirères font des doigts d'honneur à des nouveaux-nés et créent le scandale
Scandale dans un hôpital américain. Deux jeunes aides-soignantes tout juste engagées se sont amusées à faire danser des nouveaux-nés et leur ont même fait des doigts d'honneur. Des images immortalisées sur Snapchat qui vont leur coûter cher.
A lire aussi
Le "burkini" lancé par Marks & Spencer en Angleterre fait scandale
News essentielles
Le "burkini" lancé par Marks & Spencer en Angleterre fait...

C'est une histoire dont on se serait bien passé qui nous arrive des États-Unis. Comme le rapporte Cosmopolitan US, deux jeunes aides-soignantes récemment embauchées au sein de l'hôpital de la marine de Jacksonville ont cru bon de s'amuser avec des nouveaux-nés et de partager le tout sur l'application Snapchat. Faire danser des bébés tout juste nés sur une chanson du rappeur 50 Cent, leur faire des doigts d'honneur en les appelant "mini-satans"... en postant ces vidéos et photos, les aides-soignantes pensaient sûrement faire rire leurs amis et passer à travers les mailles du filet (la durée de vie des fichiers sur Snapchat est limitée) mais une jeune femme choquée a eu la bonne idée de faire des captures d'écran et de partager sa colère sur Facebook.

Repris par une jeune femme du nom de Denisa Shellito, le post dit notamment : "Une fille avec qui je suis allée au lycée est aide-soignante dans la marine et voici comment elle et sa copine traitent les nouveaux-nés. Mon sang est littéralement en train de bouillir et je les dénonce parce que ces enfants appartiennent à des gens. Sur la première photo on peut voir son amie qui fait danser le bébé sur une chanson de rap. Je suis tellement furieuse, je voudrais les dénoncer mais je ne sais pas comment m'y prendre. Furieuse n'est même pas un mot à la hauteur de ce que je ressens".

Le post en question :

Si la jeune femme ne savait pas comment s'y prendre pour prévenir les autorités en charge, il semble que les réseaux sociaux s'en soient chargés pour elle. Devenu viral, le post Facebook est remonté jusqu'aux oreilles des dirigeants de l'hôpital militaire qui ont rapidement publié un communiqué pour s'excuser et ont expliqué que le comportement des deux jeunes femmes était "incroyablement peu professionnel et intolérable". Identifiées depuis, les aides-soignantes "ont été retirées de la prestation de soins aux patients et vont maintenant devoir affronter le système légal et la justice militaire".

Une histoire qui, si elle finit bien, n'empêche pas de faire froid dans le dos.