Cette ballerine prouve qu'il est dangereux de porter un chignon tous les jours

Cette ballerine prouve que vous ne devriez pas porter un chignon tous les jours
Cette ballerine prouve que vous ne devriez pas porter un chignon tous les jours
Alors qu'elle était âgée de 13 ans, une ballerine anglaise a commencé à perdre ses cheveux au niveau des tempes. La cause de ce début de calvitie ? Le chignon qu'elle portait tous les jours...
A lire aussi
Après avoir risqué sa vie en portant du rouge à lèvres, cette Iranienne tient sa revanche
News essentielles
Après avoir risqué sa vie en portant du rouge à lèvres,...

Nombreuses sont les femmes à envier aux ballerines la facilité de ces dernières à réussir un chignon parfait en un tour de main. Il faut dire que les danseuses ont de la pratique tant elles passent du temps coiffées de ce célèbre "bun". Mais si le port régulier du chignon est assez pratique (surtout quand on a la flemme de se coiffer), on sait peu que cela peut mener à la calvitie. C'est pour cela que Diva Hollands, une ancienne ballerine anglaise de 22 ans, a souhaité tirer la sonnette d'alarme.

Comme le rapporte le Daily Mail, Diva Hollands a commencé à perdre ses cheveux à l'âge de 13 ans. A l'époque, la jeune femme portait quasi quotidiennement un chignon très serré pour ses cours de danse, ce qui aurait causé la chute de cheveux au niveau de la zone frontale et des tempes. Ce phénomène porte un nom : l'alopécie par traction. En d'autres termes, faire peser continuellement un poids sur ses cheveux provoque une calvitie à l'avant du crâne. L'alopécie par traction se manifeste notamment chez les femmes noires qui ont recours aux tissages, tresses plaqués ou encore box braids. Mais en 2015, le phénomène a fait parler de lui quand les dermatologues ont commencé à alerter les hommes amateurs du man bun.

Diva Hollands avant/après
Diva Hollands avant/après

Du harcèlement à l'opération

Interrogée par le Daily Mail, Diva Hollands raconte avoir beaucoup souffert de sa chute de cheveux. Régulièrement harcelée à l'école, elle raconte que sa calvitie était visible dès son entrée dans l'adolescence : "Les insultes ont commencé à l'école primaire mais ça s'est vraiment intensifié vers l'âge de 13 ans. Ça a commencé à beaucoup m'affecter et je faisais tout pour cacher cette partie de ma tête".

L'ex ballerine qui a quitté l'Ecole Royale de Ballet à 18 ans, explique également que cette différence a affecté sa vie privée. Il lui a en effet fallu six mois avant d'accepter de se montrer véritablement devant son fiancé. "Il a été très compréhensif. Pour moi, c'est quelque chose de très personnel", ajoute la jeune femme. C'est en voyant que sa première grossesse avait accéléré la chute de cheveux que Diva Hollands a décidé de se tourner vers la chirurgie.

En octobre 2016, elle a ainsi eu recours à une greffe folliculaire, qui consiste à retirer des cheveux à l'arrière du crâne pour les réimplanter sur les tempes et la zone frontale. Un an plus tard, les résultats sont là. La greffe a fonctionné et Diva Hollands est aussi soulagée qu'heureuse. "Quand j'ai vu les résultats, j'étais complètement estomaquée. Après quelques mois, j'ai vu que mes cheveux commençaient à repousser. Et de mois en mois ça s'améliorait. La greffe a totalement changé ma vie. Je ne pourrais pas être plus heureuse", a conclu l'ancienne danseuse.

La transformation en photos

Diva Hollands avant l'opération
Diva Hollands avant l'opération
Diva Hollands avant l'opération 2
Diva Hollands avant l'opération 2
Diva Hollands après l'opération 2
Diva Hollands après l'opération 2
Diva Hollands
Diva Hollands