Les pères deviendraient-ils plus sexistes après la naissance de leur premier enfant ?

Les pères plus enclins au sexisme une fois devenus papas
Les pères plus enclins au sexisme une fois devenus papas
D'après une étude, les hommes auraient tendance à embrasser des modèles traditionnels à partir du jour où ils deviennent papas. Ils adopteraient en particulier une vision plus machiste de la répartition des rôles dans le couple.
A lire aussi
Ikea s'excuse après la diffusion d'une pub sexiste en Chine
News essentielles
Ikea s'excuse après la diffusion d'une pub sexiste en Chine

Une étude menée auprès de 1800 parents australiens révèle que les hommes ont tendance à adhérer à des valeurs conservatrices une fois qu'ils deviennent pères.

Des hommes et des femmes se sont vus soumettre une série de déclarations au sujet de la parentalité avant et après la naissance de leur premier enfant. Ils devaient indiquer s'ils étaient d'accord avec ces affirmations, ou, au contraire s'il y étaient opposés.

Cette enquête a ainsi révélé qu'une fois devenus parents, les hommes et les femmes étaient moins persuadés du fait que les tâches domestiques et le soin de l'enfant devraient être partagés de manière équitable au sein du foyer.

Ainsi, si les femmes étaient en majorité favorables à une juste répartition, elles étaient plus nombreuses à s'en éloigner une fois leur enfant né. Les hommes, eux, au départ moins enclins à embrasser cette égalité au sein du foyer, l'étaient encore moins après la naissance du bébé.

Dépasser les modèles traditionnels relève de la gageure

Point positif : les femmes étaient plus nombreuses, une fois mamans, à estimer qu'"une mère qui travaille peut tout à fait nouer des relations aussi fortes avec son enfant qu'une mère qui ne travaille pas". Mais là encore, bonnet d'âne pour les hommes, qui en étaient, eux, légèrement moins persuadés après l'arrivée du bébé.

Bien que menée en Australie, cette enquête reste valable en France, explique Janeen Baxter, de l'Université du Queensland qui l'a dirigée : "Des données d'autres pays suggèrent que la plupart des sociétés occidentales révéleraient les mêmes résultats. (...) Dans certaines sociétés, particulièrement en dehors de l'Occident, la garde des enfants est plus équitablement répartie, pas seulement entre hommes et femmes mais au sein des communautés."

Pour la scientifique, la manière dont nous organisons le travail, les congés parentaux, les écoles et les réseaux contribue à dresser des obstacles structurels qui empêchent les hommes de s'impliquer et favorisent le statut social de la mère.

Et celle-ci de conclure : "Que vous soyez un homme ou une femme, vous devez faire preuve de beaucoup de détermination et avoir une forte confiance en vous pour parvenir à dépasser des modèles encore si puissants."

Et histoire de terminer sur une note positive, voilà à quoi ressemblent des hommes qui s'occupent de leurs bébés.