Mannequins "plus size" : où sont les hommes ?

Des mannequins hommes "plus size" posent pour le journal "Fantastic Man" en mars 2010. Une grande première !
2 photos
Lancer le diaporama
Si ces dernières années, quelques rares mannequins dits "plus size" ont fait leur apparition à l'horizon de la sphère fashion, on ne peut pas tout à fait en dire autant pour la gent masculine. Décryptage d'une inégalité au sein de l'inégalité...
A lire aussi
Tess Holliday : le mannequin plus size est-il en train de normaliser l'obésité ?
News essentielles
Tess Holliday : le mannequin plus size est-il en train de...

Les récents buzz autour de l'apparition de Zachary Miko, premier "mannequin plus size homme", comme égérie des magasins Target ou de la chorégraphie endiablée de Dexter Mayfield sur le catwalk du défilé Angelin de Marco Marco, soulèvent une question intéressante au sein de la mode grande taille : où sont les hommes ?

Mais le danceur/mannequin Dexter Mayfield va peut-être faire pencher la balance dans le bon sens après son buzz au défilé Marco Marco à la Fashion Week de Los Angeles ?
Mais le danceur/mannequin Dexter Mayfield va peut-être faire pencher la balance dans le bon sens après son buzz au défilé Marco Marco à la Fashion Week de Los Angeles ?

Représentation des rondes et des ronds : un étrange déséquilibre

Grosses et gros sont souvent cantonnés aux rôles de clowns ou d'obsédés dans les représentations collectives. Mais si, toujours dans ces dernières, un homme, quelle que soit sa morphologie, peut être en couple avec une femme "au corps parfait" (selon la norme de la taille 0), l'inverse n'est pas vrai. Merci le patriarcat.

Dans Hitch, aux côtés de Willl Smith, Kevin James est "le gros maladroit et rigolo", ce qui ne l'empêche pas de séduire Amber Valletta...
Dans Hitch, aux côtés de Willl Smith, Kevin James est "le gros maladroit et rigolo", ce qui ne l'empêche pas de séduire Amber Valletta...

Pourtant, aujourd'hui, alors que des icônes "plus size" et body positive telles qu'Ashley Graham ou encore Tess Holliday diversifient le paysage du mannequinat féminin, l'évolution est bien plus lente au rayon homme. Bien que, souvent, le choix de taille soit plus important dans les magasins de prêt-à-porter, ils ne sont pas représentés comme commencent à l'être les rondes.

La raison derrière ce flagrant déséquilibre ? Le simple que les rondes sont "plus faciles" à mettre en avant car on les sexualise immédiatement pour leurs formes, afin de flatter un fantasme masculin bien précis. Mais l'inverse n'est pas aussi tendance, pas aussi vendeur dans une société faite pour "les hommes, les vrais" donc la mode invisibilise les ronds. Là encore, merci la société patriarcale pour ce joli paradoxe, qui montre toute l'hypocrisie de la représentation normée des corps, quel qu'en soit le genre.

Femmes, hommes et tout l'arc-en-ciel entre les deux : halte au fat shaming tout court !
Femmes, hommes et tout l'arc-en-ciel entre les deux : halte au fat shaming tout court !

Quand le combat body positive se conjugue au masculin

Le très cynique directeur de casting de Cast and Erect, Simon Lewis, a déclaré au Telegraph : "Les hommes s'en fichent. On peut être gros et se faire des filles quand même. Les femmes ont une pression bien plus importante pour correspondre à une certaine norme de beauté. Les hommes n'ont pas besoin d'être rassurés quant au fait d'être gros. Tant qu'ils peuvent voir leur bite, tout va bien". À l'écran, et pour quelques exceptions souvent célèbres, oui. Mais qu'en est-il des autres, ceux de la vraie vie ?

Grossir le trait pour parler des gros(se)s : un tantinet réducteur.
Grossir le trait pour parler des gros(se)s : un tantinet réducteur.

On ne peut s'empêcher de remarquer que les troubles du comportement alimentaire sont en hausse chez les hommes. Les mannequins s'affinent, et les acteurs se musclent au fil des ans, l'objectivation du corps masculin a commencé et la pression est bien là, aussi. N'en déplaise donc à ce monsieur bien arrogant, les militants body positive comptent donc aussi des hommes dans leurs rangs, et tant mieux, car le fat shaming, le skinny shaming et le body shaming tout court les touchent aussi, comme l'illustre si bien le buzz autour de "Dancing Man".

Masculins, féminins, neutres... libérons les bourrelets.
Masculins, féminins, neutres... libérons les bourrelets.

Côté personnes inspirantes à suivre pour des conseils en matière de style, ou de self love, hors du cliché de la sculpture de dieu grec, on peut se tourner vers : Bruce Sturgell, fondateur du webzine plus size masculinChubstr, Matt Diaz, vlogueur body positive, Andrew Walen, blogueur spécialisé dans les troubles du comportement alimentaire chez les hommes ou encore William Beave Brooks, personnal shopper et blogueur plus size... Le Tumblr "Body Positivity For Guys" est aussi un coup de boost garanti pour l'estime de soi !

Bye bye les complexes !
Bye bye les complexes !