Sommes-vous trop vieilles pour aller chez Ikea ?

Avez-vous encore l'âge d'aller chez Ikea ?
Avez-vous encore l'âge d'aller chez Ikea ?
Une sympathique étude révèle que passé un certain âge, nous serions nettement moins nombreux à nous rendre chez le géant du mobilier suédois. Pourquoi et surtout à partir de quel âge sommes-nous censées bouder l'achat de ces meubles en kit ?
A lire aussi
Espionnage chez Ikea France : les victimes présumées s'associent
commerce
Espionnage chez Ikea France : les victimes présumées...

Une récente étude réalisée par Earnest, site de financement de crédit, donne lieu à une surprenante découverte : Il existe un âge où l'on cesse d'aller chez Ikea.

D'après son rapport, cela pourrait bien être dû au fait que tous nos amis possèdent la même table basse que nous. Et qu'à la longue, ce manque d'originalité dans notre déco serait un brin vexant. Il y a aussi l'aspect "meubles en kit", à monter soi-même donc, qui peut refréner. Et n'est-ce pas également lié au fait qu'en vieillissant, on gagnerait peut-être plus d'argent et l'on préférerait acheter un peu moins de mobilier mais de meilleure qualité ? Dernière raison possible : le fait qu'à vingt ans, on emménage dans notre tout premier appartement où il y a tout à meubler, une ou deux décennies plus tard, il s'agit plutôt de meubles d'appoint, de déco ou d'un renouvellement de mobilier. Une liste moins longue qui nous permet d'aller voir ailleurs que chez ce géant du meuble à prix cassés, s'il l'on ne trouve pas son bonheur, un bonheur avec une durée de vie plus longue.

Le parfait Ikeaien a 24 ans

Mais quel est l'âge de cette rupture avec Ikea au fait ? 34 ans. C'est à partir de 34 ans qu'une considérable chute de fréquentation a été constatée alors qu'à 24 ans, à peine une décennie plus tôt, nous nous y ruions comme des petits fous car, comme le rapporte le site Refinery29, c'est l'âge où l'on y réalise le plus d'achats.

Monter les meubles, une corvée
Monter les meubles, une corvée

Ceci dit, cela ne veut pas dire que quelques mois après avoir soufflé sa trente-troisième bougie, plus aucun d'entre nous ne pénètre dans ce temple du mobilier. Il arrive même d'y croiser des petits vieux ! Et puis, si nous on commence à en avoir ras la casquette de retrouver notre canapé ou notre bibliothèque chez tous nos amis, on fait moins la fine bouche lorsque l'on tombe enceinte et qu'il nous faut meubler intégralement une nouvelle pièce de la maison et que l'on tombe sous le charme de leur univers "tout-petits".