Une lunch-box Wonder Woman "trop violente" pour les enfants ?

Célèbre pour son lasso magique et son message de paix, la super-héroïne Wonder Woman vient d'être accusée de promouvoir la violence par une école. Les responsables de l'établissement ont ainsi fait savoir aux parents d'une petite fille que cette dernière n'avait plus le droit d'utiliser sa lunch-box à l'effigie de l'héroïne...
A lire aussi
Cette athlète a couru le 800 mètres enceinte et en top Wonder Woman
News essentielles
Cette athlète a couru le 800 mètres enceinte et en top...

Quand on pense à Wonder Woman, plusieurs choses nous viennent en tête. Son costume patriotique pour commencer, son lasso magique, ses bracelets à l'épreuve des balles, mais aussi le fait qu'elle soit une icône du féminisme. Bref, Wonder Woman est cool, inspirante et peut s'enorgueillir d'être probablement la super-héroïne la plus célèbre du monde. Mais apparemment, si l'Amazone a plutôt bonne réputation, ses tactiques pour capturer les méchants ne sont pas au goût de tout le monde. Comme vient de le rapporter un utilisateur de Reddit , un couple d'amis à lui vient de recevoir un courrier plutôt étrange de la part de l'école privée où est inscrite leur petite fille, Laura. Les responsables ont en effet jugé que la lunch-box (boîte dans laquelle les élèves américains transportent leur déjeuner, ndlr) de cette dernière à l'effigie de Wonder Woman violait les codes de l'établissement. Pourquoi ? Parce que la super-héroïne qui s'affiche sur la petite boîte en fer serait "un personnage violent qui résoudrait les problèmes de façon violente".

Daniel et Sarah, les parents de la fillette, ont ainsi reçu le courrier suivant :

"Nous avons remarqué que Laura transportait une lunch-box Wonder Woman. L'image de cette super-héroïne viole les codes vestimentaires de l'établissement, ainsi nous vous demandons qu'elle ne l'emmène plus à l'école. Le code vestimentaire que nous avons établi stipule que les élèves ne doivent apporter avec eux aucune image violente dans l'établissement – que ce soit sur leurs vêtements (cela inclus les chaussures et les chaussettes) ou sur leurs accessoires – ce qui comprend les cartables et les lunch-box. Selon nous, les 'personnages violents' sont ceux qui résolvent les problèmes par la violence. Les super-héros tombent directement dans cette catégorie. S'il-vous-plaît, référez-vous à notre code vestimentaire dans notre manuel. Votre coopération sera grandement apprécié".

La lettre en version originale
La lettre en version originale

Super-héros et violence, vive les généralités

S'il est vrai que les super-héros peuvent parfois faire preuve de brutalité pour attraper les méchants, les résumer à la violence est un énorme raccourci. Le blog The Mary Sue résume très bien le problème : "C'est un véritable non-sens quand on sait qu'il n'y a qu'à ouvrir un comic book pour se rendre compte que la plupart des super-héros 1) ont recours à la violence en dernier recours, généralement parce qu'ils doivent se défendre ou parce que la vie d'un tiers est en danger, 2) ne veulent jamais tuer personne, 3) ont généralement beaucoup de qualités qui font d'eux des héros qui méritent notre attention (Batman et son pouvoir de déduction, Superman qui veut croire en l'humanité, Wonder Woman qui se bat pour la paix)".

Qui plus est, aucune image violente n'apparaît sur la lunch-box de la petite Laura. D'un côté, c'est un simple portrait de Wonder Woman qui est dessiné, de l'autre, la super-héroïne apparaît de plein pied, munie de son lasso magique et apparemment prête à vivre de nouvelles aventures.

A en croire l'utilisateur de Reddit à l'origine de ce post devenu viral, les parents de la fillette ont préféré rire de tout ça. Mais reste que cette nouvelle histoire s'ajoute à une liste déjà excessivement longue de scandales liés aux codes vestimentaires aberrants des établissements américains. Ces derniers mois, un nombre impressionnant d'adolescentes ont ainsi été exclues pour des tenues jugées inappropriées. L'une a osé montrer ses clavicules, l'autre avait enfilé un legging, et ne parlons pas de celles qui sont allées jusqu'à porter des robes de bal au-dessus du genou...

À voir
Aussi