Youyou Tu : la 12e femme prix Nobel de médecine, en croisade contre le paludisme

Youyou Tu, 12e femme à recevoir le prix Nobel de médecine (sur 207)
Youyou Tu, 12e femme à recevoir le prix Nobel de médecine (sur 207)
Lundi 5 octobre, la Chinoise Youyou Tu a remporté conjointement avec l'Irlandais William C. Campbell et le Japonais Satoshi Ōmura le prix Nobel de médecine 2015. Récompensée pour "ses découvertes concernant une nouvelle thérapie contre le paludisme", elle est seulement la 12e femme à recevoir le Nobel de médecine depuis sa création en 1901.
A lire aussi
"L'Entretien", une vidéo percutante contre les discriminations à l'embauche des femmes
News essentielles
"L'Entretien", une vidéo percutante contre les...

Cette fois-ci, la parité a presque été respectée. Presque. Lundi 5 octobre 2015, ce sont deux hommes et une femme qui ont remporté conjointement le prix Nobel de médecine : l'Irlandais William C. Campbell et le Japonais Satoshi Ōmura pour "leurs travaux sur un nouveau traitement contre les infections causées par des vers" et une femme, la Chinoise Youyou Tu. Primée pour ses "découvertes concernant une nouvelle thérapie contre le paludisme", YouYou Tu, 84 ans, est seulement la 12e femme – sur 207 prix remis depuis 1901 – à voir ses travaux récompensés par la prestigieuse Académie royale des sciences de Suède.

Une vie consacrée à la recherche

Longtemps pressentie pour remporter le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur l'Artémisinine, une substance active médicamenteuse ayant permis de réduire la mortalité liée au paludisme, Youyou Tu est le symbole, comme le dit Libération, "d'un mélange réussi entre médecines ancestrale et moderne".

Née en 1930 à Ningbo, au nord-est de la Chine, Youyou Tu commence en 1955 des études de pharmacie à l'Université de médecine de Pékin. Formée à la médecine chinoise ancestrale, elle poursuit sa carrière à l'Académie chinoise de médecine traditionnelle en tant que professeure assistante. Choisie par Mao Zedong pour diriger une équipe de recherche chargée de trouver dans la médecine chinoise traditionnelle un remède efficace contre le paludisme, qui décime alors l'armée nord-vietnamienne, elle est envoyée dans la province de Hainan pour observer les effets de la maladie. Coupée de tous liens avec sa fille de 4 ans, son époux envoyé dans un camp de travail, Youyou Tu se consacre alors entièrement à la recherche d'un remède au paludisme, transmis par les moustiques du genre anophèles. "Le travail était ma priorité, j'étais prêt à sacrifier ma vie personnelle", raconte-t-elle au New Scientist, cité par Sciences et Avenir .

Une diminution de 20% de la mortalité liée au paludisme

Après des années de recherche, et après avoir analysé plus de 380 extraits de plantes et 2 000 recettes de remèdes traditionnels, Youyou Tu finit par découvrir en 1972 les effets de l'Artemisia annua, une plante qui réduit le nombre de parasites dans le sang et fait significativement baisser la fièvre des personnes ayant contracté le paludisme.

Selon les chiffres de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), le nombre d'infections au paludisme dans le monde est passé de 227 à 198 millions entre 2000 et 2013. Le nombre de décès a lui diminué de 882 000 à 584 000 sur la même période. Près de 80 % des cas et 90 % de la mortalité concernent les pays d'Afrique. Les autres cas se concentrent dans les régions d'Asie du Sud-Est et d'Asie Centrale (Inde), et plus faiblement en Amérique du Sud amazonienne.

Selon Médecins sans frontières (MSF), l'artésunate, dérivé de l'artémisinine, est en grande partie responsable de baisse du nombre de décès en cas de paludisme, réduisant la mortalité de 39% chez les adultes et de 24% chez les enfants.