Le « tourisme procréatif » à la française

Le « tourisme procréatif » à la française
Le « tourisme procréatif » à la française
Les français, comme beaucoup d’autres, n’hésitent pas à avoir recours aux techniques de procréation étrangères pour satisfaire leur désir d’enfant. Une étude réalisée par la Société Européenne de Reproduction et d’Embryologie a permis d’identifier leurs profils.
A lire aussi
Qui sont les femmes françaises les plus influentes ?
News essentielles
Qui sont les femmes françaises les plus influentes ?

La France n’est pas la plus à plaindre en matière de contraintes à l’accès à la procréation. Elle laisse cependant à l’écart bon nombre de ses citoyens en mal de progénitures.

Ainsi, selon l’étude de la Société Européenne de Reproduction et d’Embryologie pilotée par le Dr Françoise Shenfield, sur 107 couples européens à s’exporter hors de leurs frontières, 9 sont français. Deux raisons majeures à cela : la sexualité des « touristes » et l’âge de certaines patientes. Ainsi, 50% des couples français sondés sont homosexuels et 10% des femmes dépassent les 45 ans (dans l’hexagone la limite stricte pour l’assistance médicale à la procréation est de 43 ans).

Dans la même veine, constat légitime quant aux exigences tricolores qui privilégient le mariage, la moitié des français interrogés sont en concubinage, un tiers est marié et les 16,4% restants sont célibataires. Attention cependant à ceux qui seraient tentés de « visiter » les pays voisins pour répondre à l’appel de bébé, la France ne rembourse que peu, voire pas du tout, les frais médicaux à l’étranger, et encore moins lorsqu’ils sortent du cadre légal hexagonal.  


Emilie Gardes   


ALLER PLUS LOIN :

Mères porteuses, et si le débat avançait ?
Choisir le sexe de son enfant ? C'est possible !