Le « Big Bang » remis en cause par de nouvelles découvertes

Le « Big Bang » remis en cause par de nouvelles découvertes
Le « Big Bang » remis en cause par de nouvelles découvertes
Et si le « Big Bang » n’avait finalement jamais eu lieu ? La théorie prédite par Albert Einstein en 1915 est remise en question par de fausses observations d’ondes gravitationnelles - qui pourraient en réalité s’expliquer par la présence de poussières cosmiques. Décriée ou érigée en modèle de compréhension de l’astrophysique moderne, la théorie du Big Bang explique la naissance et l’expansion de l’univers par une gigantesque explosion initiale.
A lire aussi
Kaley Cuoco (The Big Bang Theory) : "Je ne suis pas féministe"
television
Kaley Cuoco (The Big Bang Theory) : "Je ne suis pas...

L’affaire remonte en mars dernier. Comme le raconte le site Sciences et Avenir, un groupe de chercheurs international, travaillant au sein du projet « Background Imaging of Cosmic Extragalactic Polarization » (BICEP), avait annoncé détenir la preuve irréfutable que le Big Bang avait bel et bien eu lieu. Auparavant, seuls un faisceau d’indices faisait pencher la communauté scientifique dans le camp des « pro Big Bang » - parmi lesquels l’expansion de l’univers : des chercheurs ont par exemple réussi à montrer que les galaxies s’éloignent les unes des autres.

Le BICEP ambitionnait de « voir » l'onde de choc causée par le Big Bang

L’équipe scientifique du BICEP affirmait ainsi avoir mesuré la trace « fossile » de l’onde de choc provoqué par l’explosion originelle - une preuve irréfutable de l’existence du Big Bang. Par la même occasion, cette découverte devait inscrire dans le marbre la relativité générale d’Einstein, puisque celle-ci prévoyait que chaque fois que survient un déplacement important de masse, les ondes gravitationnelles se propagent dans l’ensemble de l’univers, un peu comme les vaguelettes à la surface de l’eau lorsque l’on y fait tomber un caillou.

>> Lire aussi: De l'eau sur Mars ? <<

Malheureusement, tous les outils à la disposition des scientifiques n’ont jusqu’ici pas permis de détecter directement ce frisson intersidéral - qui devrait pourtant être là, si la théorie du Big Bang est valide. Le projet BICEP a donc pris une approche indirecte: puisqu’il n’était pas possible de « voir » directement les ondes gravitationnelles, il se sont penché sur les différences infimes de température dans le tréfonds de l’univers. L’idée c’est que les hypothétiques changements de masse induits par ces hypothétiques ondes gravitationnelles, impliquent forcément d’autres changements dans les ondes radio reçues sur la Terre, notamment dans la zone des micro-ondes. Et c’est là que le bas blesse.

Les résultats du BICEP, pollués par des poussières cosmiques ?

Après avoir publié le résultat de leurs recherches, la communauté scientifique s’est penché sur les résultats de l'équipe du projet BICEP. Et, comme le souligne le site Gizmodo les chercheurs ont subi une avalanche de critiques. Le plus important de ces griefs, est que les observations de ces chercheurs ont pu être largement polluées par les poussières qui parsèment l’univers. En conséquence, ils ont re-publié le fruit de leurs recherches en ajoutant cette épitaphe: « Nous maintenons toujours que nos données mettent en avant un signal davantage causé par un phénomène cosmologique que par des particules de poussière cosmiques ».

>> Lire aussi: Fukushima a changé la gravité de la Terre <<

Et de préciser qu’ils n’ont en réalité aucune idée de leur degré d'erreur: « On ne sait pas vraiment quel est la part du signal causé par la poussière », et un peu plus loin, dans une note de bas de page, « les papiers [publiés pour critiquer les découvertes de BICEP, ndlr] suggèrent que le niveaux de contamination des résultats par des poussières pourrait être bien au-delà des modèles sur lesquels nous nous sommes appuyés ». Du coup, la communauté scientifique en revient au point de départ: jusqu’ici aucune preuve directe du Big Bang n’a pu être observée. Cela ne signifie bien évidemment pas que le Big Bang n’a jamais eu lieu, mais peut-être que les modèles employés pour le théoriser sont dépassés, ou encore qu'il reste à inventer une méthode d'observation plus sophistiquée.

À voir
Aussi