Une banque suisse impose un code vestimentaire strict à ses salariés

Une banque suisse impose un code vestimentaire strict à ses salariés
La banque suisse UBS vient d’éditer un code vestimentaire à l’attention de ses employés. 44 pages qui s’adressent aux hommes comme aux femmes, précisent aux salariés comment choisir leurs vêtements, les porter et les entretenir. Tout un programme…

Rien dans la tenue des employés de la banque suisse UBS ne devra désormais être laissé au hasard. Dans son « Dresscode UBS à l’attention des collaborateurs PBK », ou guide des bonnes manières vestimentaires, la banque helvète souligne les petits détails qui font la différence et les clefs d’une présentation « qui contribue à communiquer nos valeurs et notre culture ». Les recommandations sont donc tout naturellement à suivre à la lettre. Si les hommes se doivent de porter un costume sur mesure et « toujours boutonné […] sans qu’aucun pli ne se forme sous la nuque », ils doivent également porter la chemise de façon à ce que « la manchette dépasse d’environ 1,5 à 2,5 centimètres sous la manche de la veste et soit bien visible »… Attention sortez vos doubles décimètres ! Enfin, ces messieurs doivent entre autres changer « une fois par jour de chaussures : avec des chaussures « fraîches », vous vous sentirez mieux et améliorerez votre performance au travail ». Il fallait y penser !
Même combat pour la gent féminine. L’employée UBS doit porter un tailleur dont la jupe ou le pantalon doit « offrir une amplitude suffisante et être capable de se remettre en place tout seul ». Et les femmes aussi doivent penser à mesurer la longueur de leurs vêtements, et de leurs jupes en locurence : 5 cm en dessous du genou. Nous passerons sur le port de chaussures ouvertes qui est proscrit pour découvrir enfin qu’il est « conseillé » de porter des sous-vêtements couleur chair » pour qu’ils se fassent discrets sous le chemisier blanc de rigueur. Si c’est pour le bien de l’entreprise…

VOIR AUSSI

La tenue vestimentaire au bureau

Un meeting international antiféministe fait polémique en Suisse