Crise du logement : vers des immeubles temporaires et low cost ?

Crise du logement : vers des immeubles temporaires et low cost ?
Crise du logement : vers des immeubles temporaires et low cost ?
L'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) vient de lancer l'idée : pour mettre fin à la crise du logement, pourquoi ne pas construire des immeubles temporaires et low cost. Fustigeant la réglementation de plus en plus stricte en matière de construction, elle prône des économies particulièrement sur la pose des ascenseurs ou sur la durabilité du bâtiment.
A lire aussi


« Ce ne sera pas un logement au rabais, mais un logement moins cher mais d’aussi bonne qualité » : excédée par la crise du logement et la réglementation de plus en plus contraignante en matière d’accessibilité ou d’écologie, l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), par la voix de son président Jean Perrin, se dit favorable à la construction de logements low cost ou ce qu’il appelle des « habitats essentiels ».

Afin de « faciliter le logement pour tous » en demandant des « loyers modiques », l’UNPI pense pouvoir réduire de moitié les coûts de construction d’environ 1700 euros le mètre carré actuellement à 900 euros. Pour parvenir à cet objectif, réduction drastique des aménagements « de confort » : pas d’ascenseur, les personnes handicapées ne pourront obtenir qu’un rez-de-chaussée, moins d’exigences environnementales et des bâtiments viables sur du court terme, facilement démontables.

L’UNPI a précisé que ce projet pourrait totalement bouleverser la « culture du bâtiment en France » puisque les logements sont habituellement construits pour durer. Elle a ajouté que la fabrication actuelle des logements sociaux était similaire à celle des habitats privés et ne permet plus aux demandeurs précaires de se loger.

Laure Gamaury


Crédit photo : Goodshoot

VOIR AUSSI

Les enfants mal-logés alertent la Fondation Abbé Pierre
Handicap : l'accessibilité des lieux publics pour 2015 ne sera pas respectée
Loveplan : l’amour contre la crise du logement
Auto-écoles pas chères : La chasse aux cours clandestins est ouverte