Silicon Valley: le salaire moyen se rapproche de 300.000 dollars par an

Silicon Valley: le salaire moyen se rapproche de 300.000 dollars par an
Silicon Valley: le salaire moyen se rapproche de 300.000 dollars par an
On savait la Californie et plus particulièrement la Silicon Valey, près de San Francisco, aussi riche qu’innovante. Aux Etats-Unis, c’est justement dans cette zone et dans ce domaine que l’on trouve une grande partie des plus hauts salaires du pays. Mais on ne savait pas vraiment jusqu’ici à quel point: qu’ils soient ingénieurs, employés, ou patrons, leur salaire annuel frisait 300.000 dollars dans le conté de San Mateo pour l’année 2013 !
A lire aussi

291.497 dollars annuels. Ce chiffre a de quoi impressionner, surtout quand on sait que c’est le salaire moyen des travailleurs de la high-tech, toute fonction confondue, dans le conté de San Mateo, en Californie, à quelques kilomètres de la Silicon Valley au sud de San Francisco. Petit détail qui a son importance, selon le site américain Gawker ce chiffre a été en partie atteint « grâce » au patron de Facebook, Mark Zuckerberg, qui a fait monter la moyenne de quelques 80.000 dollars en 2013 - un chiffre qui ferait déjà à lui seul rêver en France. Mais même sans le gourou des réseaux sociaux, on reste tout de même sur une ahurissante moyenne de 210.000 dollars - plus qu’assez pour ne plus jamais avoir à se préoccuper de problèmes d’argent.

Les salaires revalorisés de plus de 18% dans le secteur de San Francisco

Plus largement, le salaire moyen dans le secteur rapporté à une zone plus large, incluant l’aire métropolitaine de San Francisco était tout de même de 156.518 dollars annuels. Par ailleurs, les travailleurs du secteur San Franciscains connaissent, contrairement à ce qui s’observe partout ailleurs dans le monde, de vraies revalorisations de salaire: +18,9% de hausse en moyenne sur la période. De quoi se motiver ou motiver les enfants à apprendre à coder dès leur plus jeune âge. Pourquoi de tels salaires ? Les travailleurs ne sont pas directement payés à de tels niveaux de revenus, mais ils ont des avantages importants dans un secteur très dynamique.

Par exemple, les patrons du secteur encouragent leurs employés à prendre des parts de l’entreprise, lorsque l’on ne leur alloue pas tout simplement des stock options. Les primes sont courantes, et plus marginalement, ils disposent de nombreux avantages sur le commun des mortels: repas gratuits, voiture de fonction, vacances payées rubis sur l’ongle… Et selon le blog Chronicle, cette moyenne de revenus devrait encore augmenter l’année prochaine: les employés de Twitter ont leurs stock option bloquées jusqu’en 2014. Du coup, le niveau de salaire de la zone a même dépassé les salaires moyens observés à Manhattan, pourtant élevé à cause des activités liées à la finance. Ce secteur, qui s'ouvre enfin progressivement aux femmes, est en tout cas décidément très porteur...

Dans l'actu