Automobilistes : 87 % ne respectent pas la limitation de vitesse

Automobilistes : 87 % ne respectent pas la limitation de vitesse
Automobilistes : 87 % ne respectent pas la limitation de vitesse
Une étude Ipsos montre que l'image qu'ont d'eux-mêmes les automobilistes français et la réalité sont très différentes. En effet, alors que seul 1 % des usagers de la route s'estime dangereux, 87 % reconnaissent dépasser la limite de vitesse autorisée.
A lire aussi
Trophée Roses des Sables : quand rallye automobile rime avec écologie
Mag
Trophée Roses des Sables : quand rallye automobile rime...


L’affirmation de Jean-Paul Sartre « L’enfer, c’est les autres », suffirait presque à résumer les résultats de la dernière étude Ipsos pour la fondation Vinci Autoroutes, menée auprès de 974 automobilistes français. Et pour cause, interrogés sur le comportement des usagers de la route, les sondés les trouvent stressés (41 %), irresponsables (31 %), dangereux (26 %) et agressifs (23 %). Mais lorsqu’il s’agit de s’auto-juger, la critique est plus bienveillante, les automobilistes s’estimant volontiers vigilants (72 %), calmes (51 %) et courtois (40 %). Seul 1 % s’estime dangereux.

Des réponses très paradoxales car si les Français ont dans l’ensemble une grande lucidité des causes d’accidents (alcool, stupéfiants, inattention ou encore hypovigilance), ils ne respectent pas pour autant les règles du code de la route. Ainsi, 87 % reconnaissent dépasser, de quelques kilomètres, la vitesse autorisée sur les longs parcours et 61 % ne pas observer les distances de sécurité.

Quant à la vigilance au volant, elle ne semble être qu’une option pour les usagers de la route. 26 % affirment ainsi téléphoner sans kit mains libres, 24 % paramètrent leur GPS en roulant et 20 % envoient des SMS ou des mails.

Enfin, bien qu’informés sur les risques d’endormissement, les conducteurs français n’abandonnent pas pour autant leurs mauvaises habitudes. La veille de départs en vacances, une large majorité affirme se coucher plus tard ou se lever plus tôt que d'habitude (82% dont 34% affirment le faire « souvent »), partir de nuit (64% dont 22% « souvent »). Résultat : un Français sur trois reconnaît s'être déjà senti épuisé et avoir poursuivi sa route, 37% ont eu l'impression de s'être assoupis quelques secondes, 35% d'avoir été sur le point de s'endormir, enfin 6% avouent avoir eu un accrochage à cause de la fatigue.

(Source : lefigaro.fr)
Crédit photo : Stockbyte

VOIR AUSSI

Droit de la Route et permis de conduire
Les Français ont perdu 10 millions de points de permis en 2010
Les radars pédagogiques en remplacement des panneaux avertisseurs
Voiture : zoom sur le régulateur et le limitateur de vitesse