Autisme : plus de risques pour les bébés prématurés

Autisme : plus de risques pour les bébés prématurés
Autisme : plus de risques pour les bébés prématurés
Un enfant né prématuré a 5 fois plus de risques d’être autiste, selon les résultats d'une étude américaine publiée dans la revue Pediatrics. Un poids trop faible à la naissance pourrait en être la raison.
A lire aussi


Selon une enquête parue dans la revue médicale américaine Pediatrics, les enfants prématurés risquent cinq fois plus de souffrir d’autisme que les autres. Cette étude, publiée aujourd’hui aux Etats-Unis, a été menée par des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie sur 862 enfants nés entre septembre 1984 et juillet 1987 dans le New Jersey et pesant de 500 grammes à 2 kilos à la naissance. 5% de ces enfants, suivis jusqu’à leurs 21 ans, souffraient d’autisme : 5 fois plus que dans la population en général (1%).  
Les liens entre un poids faible à la naissance et un ensemble de problèmes cognitifs sont établis depuis quelques temps par la recherche. Cependant cette étude est la première à révéler que cela aurait également une incidence sur le risque qu’encourent ces enfants face à l’autisme. « Les problèmes cognitifs dont souffrent ces enfants pourraient masquer les symptômes d'autisme », indique le Dr Jennifer Pinto-Martin, directrice du Centre de recherche sur l'Austisme de l'Université de Pennsylvanie, principale auteure de l'étude.

« Alors que la survie des plus prématurés s'améliore, le nombre de ces enfants survivant et handicapés représente un défi grandissant de santé publique », a souligné le Dr Jennifer Pinto-Martin. « Cette nouvelle recherche laisse penser qu'un poids trop faible à la naissance pourrait être un facteur de risque d'autisme », a-t-elle ajouté.

L’étude préconise un dépistage précoce de ces symptômes chez un enfant prématuré. Selon elle, s’y prendre tôt améliore les résultats sur le long terme et peut par la suite aider ces enfants autistes dans le cadre de l'école et de la maison.

Prochaine étape pour les chercheurs de l'Université de Pennsylvanie : ils comptent étudier les liens potentiels entre des hémorragies dans le cerveau (une complication fréquente chez les bébés nés prématurément) et l'autisme.

Crédit photo : Photodisc

VOIR AUSSI

Journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme
Comment devient-on psychologue pour enfants autistes ?
Campagne de sensibilisation à la scolarisation des enfants autistes
Lancement d’une vaste étude sur les grands prématurés
Les grands prématurés à la traîne à l’école
Institut de Puériculture de Paris menacé, bébés prématurés en danger !
PremUp : une fondation pour combattre la prématurité

comments powered by Disqus