Comment réagir en cas d'attentat ? Les consignes du gouvernement pour se protéger des terroristes

Ce vendredi 4 décembre, le gouvernement diffuse dans tous les lieux publics et sur les réseaux sociaux une affiche illustrée pour expliquer les gestes à adopter en cas d'attaque terroriste.
A lire aussi

Trois semaines après les attentats du 13 novembre qui ont tué 130 personnes dans Paris et à Saint-Denis, le gouvernement publie un document à l'attention de la population dans le but d'adopter les bons gestes en cas d'attentat. Cette affiche présentée à la manière des consignes de sécurité que l'on trouve à bord des avions détaille trois catégories de réactions : s'échapper, se cacher, et alerter. "Avant l'arrivée des forces de l'ordre, ces comportements peuvent vous sauver" peut-on lire sur ce plan.

Premier réflexe à adopter, la fuite, si elle est possible. Pour cela, il faut "localiser le danger pour s'en éloigner", et aider les autres à sortir de la zone de danger. Ensuite, il est recommandé de ne pas s'exposer, se baisser donc devant un mur par exemple comme le montre l'affiche. Et enfin "dissuader les gens de pénétrer dans la zone de danger".

Seconde consigne de sécurité essentielle, se cacher autant que faire se peut et se barricader. Ici le geste illustré montre un homme verrouillant sa porte et plaçant son canapé devant pour éviter toute entrée. Il est également recommandé de ne pas s'exposer devant une fenêtre par exemple, mais aussi et surtout d'éteindre toute source de lumière et de son, particulièrement son téléphone portable.

Enfin, il faut alerter les forces de l'ordre en appelant le 17 ou le 112. A leur arrivée sur place, il est déconseillé de se ruer vers eux, et de faire des gestes brusques. Il est important d'arriver devant les forces d'intervention les bras en l'air et les mains ouvertes, et d'obéir à leurs consignes.

Le gouvernement conseille également d'adopter le réflexe de repérer les sorties de secours dans n'importe quel lieu. Mais également de ne pas diffuser d'informations sur l'intervention des forces de l'ordre, et d'éviter de propager des rumeurs sur Internet. Cette campagne de prévention sera diffusée sur le web et affichée dans tous les lieux publics (mairies, préfectures, grands magasins, stades, musées...).