Le coronavirus est-il dangereux pour les femmes enceintes ?

Le coronavirus est-il dangereux pour les femmes enceintes ?
Le coronavirus est-il dangereux pour les femmes enceintes ?
Une équipe chinoise annonce qu'il n'y a pas davantage de risques pour les femmes enceintes, même au troisième trimestre, que pour le reste de la population, des propos qu'appuient les spécialistes français.
A lire aussi

Le dernier bilan officiel du mercredi 11 mars fait état de 48 morts et 2281 contaminé·e·s, rapporte France Bleu. Soit 15 décès et 497 cas de plus déclarés dans les dernières 24 heures. Une épidémie qui progresse à grande vitesse, et autour de laquelle Emmanuel Macron doit prendre la parole ce jeudi 12 mars, à 20 heures.

Dans le monde, les relations internationales en sont perturbées : les commerces italiens sont sommés de ne plus ouvrir leurs portes, les Etats-Unis viennent de suspendre les vols venant d'Europe pour 30 jours, et la bourse de Paris plongeait de 8,39 % lundi 9 mars, la deuxième plus mauvaise performance depuis sa création. Même constat au niveau de l'économie locale, avec 3600 entreprises et 60 000 employé·e·s forcé.e.s au chômage technique, notamment dans le domaine de l'événementiel, à cause de l'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes en France.

Côté santé, les médias ont largement communiqué sur les personnes à risques : "Ce sont ceux qui ont des maladies cardiaques graves, des maladies respiratoires sévères", explique ainsi le professeur Jean-Christophe Lucet, à l'AFP. D'après les autorités chinoises qui ont publié un rapport dans la revue américaine Jama les 17 et 24 février (le plus complet à ce jour, assure le Nouvel Obs), le taux moyen de mortalité sur 45 000 cas confirmés est de 2,3 %.

Si on décortique par démographie, on remarque qu'aucun décès n'est à déplorer parmi les enfants de moins de 10 ans. Le taux de mortalité est de 0,2 % jusqu'à 39 ans, 0,4 % chez les quadragénaires, 1,3 % chez les cinquantenaires, 3,6 % chez les 60-69 ans et 8 % chez les 70-79 ans. Au-delà de 80 ans, la tranche d'âge la plus à risques, le taux de mortalité passe à 14,8 %.

Mais qu'en est-il des femmes enceintes ? Le virus est-il transmissible à l'enfant ? Quand doit-on s'inquiéter ? Une étude chinoise vient de tomber et elle est plutôt rassurante.

Des données rassurantes

Selon les données publiées dans The Lancet par des médecins chinois·e·s le 7 mars et relayées par Le Monde, les femmes enceintes ne seraient pas à risques. L'équipe menée par Huijin Chen explique ainsi avoir étudié rétrospectivement neuf cas de femmes au troisième trimestre de grossesse avec une infection confirmée au coronavirus SARS-CoV-2, prises en charge dans un hôpital de Wuhan entre le 20 et le 31 janvier. Bilan : pas de vulnérabilité particulière.

Aucune de ces femmes n'a développé de pneumonie, aucune n'est décédée. Leurs enfants, nés par césarienne et dans quelques cas prématurés, n'avaient pas de symptômes infectieux à la naissance et six d'entre eux ont été testés négatifs au virus. L'étude précise cependant que la presse locale a rapporté un cas néonatal du coronavirus chez un bébé dont la mère était infectée.

En France, les accouchements parisiens des femmes infectées par le coronavirus pourraient être centralisés à la Pitié-Salpêtrière, dont la maternité a été aménagée en fonction.
En France, les accouchements parisiens des femmes infectées par le coronavirus pourraient être centralisés à la Pitié-Salpêtrière, dont la maternité a été aménagée en fonction.

En France, les accouchements parisiens pourraient être centralisés dans la maternité de la Pitié-Salpêtrière. "Nous sommes vigilants, mais pas particulièrement inquiets pour les femmes enceintes", confie le professeur Yves Ville, qui dirige la maternité de l'hôpital Necker (AP-HP), au Monde. "Les virus de la famille des coronavirus que l'on connaît ne sont pas tératogènes (ne provoquent pas de malformations, ndlr) et, jusqu'ici, il n'y a pas d'élément en faveur d'une transmission mère-enfant."

Il ajoute cependant que des précautions supplémentaires seront prises dans certains cas : "En pratique, si une femme enceinte infectée par un coronavirus accouche dans les deux semaines après le diagnostic, l'enfant sera isolé, car une infection néonatale peut être grave, surtout en cas de prématurité. Les enfants de mère peu symptomatique ne le seront pas, à l'exception des prématurés". Le médecin indique qu'une femme enceinte avec une pneumopathie sévère à SARS-CoV-2 a déjà accouché dans l'établissement aménagé. Son état s'est amélioré et le bébé se porte bien.

Les gestes barrières à adopter

Afin de se protéger et de protéger les autres au maximum d'une potentielle contamination (même lorsque l'on est jeune et en bonne santé), le gouvernement recommande de prendre les réflexes suivants : se laver très régulièrement les mains, tousser ou éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter, éviter la bise et la poignée de main. Si vous êtes malade, portez un masque chirurgical jetable. Si l'accès à un point d'eau est impossible, il est conseillé d'appliquer un gel hydroalcoolique.

Cependant, France Bleu, en s'appuyant sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, insiste sur le fait que "Le gel hydroalcoolique est efficace pour tuer un virus (...). Il est donc très pratique quand on n'a pas la possibilité de se laver les mains. Mais il n'a pas d'effet nettoyant". L'un ne remplace pas l'autre.

Toujours selon les informations distribuées par le gouvernement, "les symptômes principaux sont la fièvre (au-delà de 38 °C) ou la sensation de fièvre et des signes de difficultés respiratoires de type toux ou essoufflement". Dans le cas où vous pensez avoir contracté le coronavirus, ne vous rendez ni chez le médecin traitant, ni aux urgences, par risque de contaminer d'autres personnes. Restez chez vous et contactez le 15, qui prendra contact avec l'infectiologue le plus proche en fonction de votre état.