Marie Curie, femme Nobel et rôle-modèle

Marie Curie : une femme et une scientifique en avance sur son temps
Marie Curie : une femme et une scientifique en avance sur son temps
Dans "Marie Curie", en salle ce mercredi 24 janvier, la cinéaste Marie Noëlle dresse un portrait intime de la scientifique. Femme libre par excellence, résolument en avance sur son temps, Marie Curie a révolutionné l'histoire de la physique et de la chimie et ouvert la voie des sciences aux autres femmes.
A lire aussi
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour les femmes
News essentielles
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour...

Comment décrire en peu de mots Marie Curie ? Pour beaucoup, elle est avant tout une femme scientifique, peut-être la seule dont on connaît le nom. Pour d'autres, elle est aussi la seule femme qui a, en l'espace de huit ans, décroché deux prix Nobel : l'un de physique, l'autre de chimie. Enfin, pour certains, elle est juste "la femme de Pierre Curie", le célèbre physicien à l'origine des découvertes sur le radium.


Tout cela est vrai. Mais surtout, Marie Curie était une femme libre, pugnace et résolument moderne pour son temps. C'est cet aspect de la vie de la scientifique que la réalisatrice Marie Noëlle a voulu mettre en lumière dans son biopic éponyme, sorti en salle ce mercredi (24 janvier). Romanesque à souhait, le film explore une période-clé de la vie de Marie Curie, de 1905 à 1911. En l'espace de ces six années, la jeune scientifique donne naissance à sa seconde fille, perd son époux Pierre Curie avec qui elle menait des recherches sur le radium, poursuit seule les travaux qu'ils avaient entrepris ensemble et remporte deux prix Nobel.

La bande-annonce de "Marie Curie" de Marie Noëlle

Or, "en dépit de ces réussites, elle a dû combattre les préjugés pour savoir vivre librement", analyse Marie Noëlle.
Incarnée par l'actrice polonaise Karolina Gruszka, qui prête ses traits délicats et sa force de caractère à la scientifique, Marie Curie fut une pionnière non seulement dans le domaine des sciences, mais aussi dans sa vie privée. Veuve à 39 ans, elle a poursuivi seule les travaux qu'ils avaient menés ensemble pendant des années et a dû se battre pour que ses compétences soient reconnues par ses pairs. "Quand Pierre Curie meurt, Marie se trouve reléguée au rang qu'on veut bien lui concéder, celui de la veuve du génie disparu, explique la réalisatrice dans la note d'intention du film. Elle doit affronter les institutions pour obtenir les moyens de poursuivre son travail. Elle continue sa carrière en solitaire, élève seule ses deux filles."

Marie Curie dans son laboratoire
Marie Curie dans son laboratoire

"Une figure marquante pour les femmes de demain"

Lorsqu'en 1911 éclate l'"affaire Langevin", fomentée par la presse nationaliste, misogyne et xénophobe, c'est toute sa carrière que Marie Curie remise en question. Parce qu'elle a osé tomber amoureuse de Paul Langevin, un confrère marié, elle voit ses travaux sur le radium et son rayonnement balayés par le scandale. Elle n'est plus que cette "Polonaise venant briser un bon ménage français".


Elle qui a poursuivi les recherches sur le radium et son rayonnement et s'apprête à recevoir son second prix Nobel se voit réduite dans la presse à la "Polonaise venant briser un bon ménage français". Cette relation amoureuse entre Marie Curie et Paul Langevin est le coeur du film de Marie Noël, qui traite de la passion qui lie les deux amants avec subtilité et sensualité. "Si l'affaire éclate au grand jour, c'est bien parce que Marie Curie est une femme, et qu'il est plus facile aux jaloux et aux détracteurs de l'attaquer sur le front des moeurs que sur celui de la légitimité scientifique."

Brillante et audacieuse, Marie Curie fait même l'affront à ses adversaires et au comité Nobel, qui tentait de la dissuader, d'aller chercher à Stockholm son prix Nobel de Physique. Une marque de courage indéniable quand on sait qu'à l'époque, les femmes, qui plus est évoluant dans le milieu très élitiste des sciences, étaient déconsidérées, peu importe leur talent. C'est d'ailleurs encore le cas aujourd'hui, estime Marie Noëlle. "C'est pourquoi il est important d'avoir des personnalités comme Marie Curie, qui peuvent être un rôle modèle pour toutes les jeunes filles et les motiver à prendre ce chemin. Il faut leur montrer qu'il est possible pour les femmes de faire carrière dans la science et la recherche de haut niveau. Marie Curie est, de bien des manières, une figure marquante pour les femmes de demain. Sa force et son humanité sont une inspiration pour tous."

Marie Curie de Marie Noëlle, avec Karolina Gruszka, Arieh Worthalter, Charles Berling. 1h39. En salle le 24 janvier 2018.

Pierre et Marie Curie dans leur laboratoire
Pierre et Marie Curie dans leur laboratoire

Marie Curie en 10 dates-clés

  • 7 novembre 1867 : Marie Curie naît à Varsovie, dans l'actuelle Pologne.
  • 1891 : Marie Curie arrive à Paris, où elle s'inscrit à la faculté des sciences.
  • 1894 : Elle rejoint le laboratoire des recherches physiques de Gabriel Lippmann et rencontre Pierre Curie, son futur époux.
  • 10 décembre 1903 : Marie Curie reçoit avec son mari Pierre Curie et Henri Becquerel le prix Nobel de physique pour leur recherche commune sur le phénomène des radiations. Elle est la première femme à recevoir un prix Nobel.
  • 19 avril 1906 : Pierre Curie meurt, renversé accidentellement par une voiture à cheval. Marie Curie devient alors la première femme en France directrice d'un laboratoire universitaire.
  • 1er mai 1906 : Elle devient la première femme professeur à la Sorbonne.
  • 8 novembre 1911 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de chimie pour sa découverte du radium et du polonium. Elle est la première personne à obtenir deux prix Nobel pour ses travaux scientifiques.
  • 1914 : Elle est nommée directrice du laboratoire de physique et de chimie de l'Institut du radium, qui deviendra par la suite l'Institut Curie.
  • 4 juillet 1934 : Marie Curie meurt à Passy d'une leucémie, déclenchée par une trop grande exposition aux éléments radioactifs.
  • 20 avril 1995 : Sa dépouille est transférée avec celle de son mari Pierre Curie au Panthéon sur décision du président de la République François Mitterrand. Elle est restée jusqu'en 2014, la seule femme honorée au Panthéon pour son mérite propre.